Publié le 24 Août 2018

Avec nos deux bons copains, Tchitchi et Mylène nous voilà partis pour l’aéroport de Lyon Saint Exupéry. C’est aujourd’hui mon anniversaire ! Quel beau cadeau…

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Lyon-Dubaï. Quelques heures d’attente. Tentative d’épuisement d’un lieu, (non pas parisien, comme Georges Pérec l’a observé et écrit, mais) d’une salle d’attente d’aéroport, fourmilière géante. Femme le visage entièrement voilée et bras nus. Femme bras et tête nus, collants noirs, robe noire avec des sequins brillants. Religieuse habillé de brun. Enfant rêveur, il ne suit pas ses parents, au risque de se perdre. Homme avec un bonnet gris. Homme tout de noir vêtu, casquette bleue sur la tête. Femme jeune, longiligne, pantalon flottant gris, pull manches courtes, pas de sein. Un chauve, chemisette Hawaï orange semée de palmiers. Homme noir, très gros. Asiatique, bouche agitée d’un tic. Caricatures de cheikhs, djellaba blanche, turban blanc sur la tête, cerclée de noir. Enfant blond, front très large, cheveux raides coupe mi-longue. Voiturette électrique chargée de bagages. Deux fausses blondes extrêmement bronzées. Asiatique, masque blanc sur la bouche. Jeune barbu, ventripotent. Homme d’affaires pressé. Deux touristes retraités, occidentaux.

Dimanche 18 février, 19h33

Vivent les voyages en avion ! J’ai vu deux très beaux films, Valérian de Luc Besson inspiré d’une BD, une science-fiction pacifique et humaniste et Maudie (de son vrai nom Maude Lewis), un biopic réalisé par Aisling Walsh, l’histoire d’une femme très simple mariée à un vendeur de poisson en Nouvelle-Écosse, au Canada, réalisant des peintures naïve (art brut) pour survivre et devenue célèbre grâce à son art. Et un troisième, Snow Man, un film d’après un livre écrit par le Norvégien Jo Nesbo, et réalisé par le britannique Tomas Alfredson, une enquête policière où un fils frustré devenu médecin, n’assassine que de jeunes mères de famille, laissant comme indice, un bonhomme de neige grimaçant sur les lieux de ses forfaits.

Notre avion est totalement mixte : sikh (je ne sais pas de quel pays) au grand turban, Vietnamiens, Ouzbeks. Mylène a vu un très beau Vietnamien, aussi beau que celui du film, L’amant, de Marguerite Duras. Et j’ai observé un joli bébé, bouille ronde, blond, aux yeux bridés ! Ses parents forment un couple mixte, belle réussite !

Arrivée à Hô-Chi-Minh-Ville (HCMV). Avant-hier c’était la fête du Têt, le nouvel an. Du fait de la fête, l’agence, en France, n’a donc pas pu nous établir de visa. Nous faisons la queue « All Passport » mais une policière nous renvoie vers le guichet dédié aux « sans visa ». Nous, nous en avons demandé un pour 3 semaines. Donc pas de visa collé sur nos passeports mais un document papier qui équivaut à un visa, écrit en vietnamien. Je vois un monsieur brandissant une pancarte portant nos noms et prénoms… Un gars de l’agence d’ici. Il nous demande nos passeports. Roland et Mylène se méfient très fortement. Mais nous les lui donnons tout de même et il part avec ! Il nous demande de nous assoir dans la salle d’attente. Mylène « Imagine que… », « et si… ». Moi je ne stresse pas, j’écris. Je me fais engueulée par Roland car mes photos (pour le visa) sont restées dans la soute. Tous sont bien inquiets (et moi, je me dis Inch Allah !). Ils pensent que, le temps d’attente des démarches de ce monsieur étant très long, qui va récupérer nos valises qui sortiront de la soute et qui vont arriver avant nous sur le tourniquet ? Ne risquent-elles pas d’être attrapées par des gens et embarquées ? J’écris et je mange le sandwich donné dans l’avion.

Tout s’est naturellement bien passé et chose que nous n’avions jamais vu auparavant, à la sortie de la salle des bagages, nous passons un contrôle : adéquation entre nos étiquettes bagage et nos bagages réellement en main ! Ainsi, pas de vol de bagage ni de contestation possible ! Rassurant.

Une voiture nous emmène à l’hôtel, Dragon Palace II grâce à l’agence qui nous a délivré un document. L’hôtel est simple et propre et donne sur une place.

Autel dans l’hôtel

Autel dans l’hôtel

Nous avions réservé pour y dormir 2 nuits mais nous en rajoutons une 3è. Dans notre chambre se trouve un parapluie. On pourrait qualifier notre salle de bain de salle de bain « à l’italienne » car la douche asperge toute la salle d’eau, il y a seulement une évacuation au sol, pas de rideau. Les wc sont munis d’une douchette, comme dans les pays arabes, très hygiénique, ce système !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Au bord du Mékong, nickel chrome !
Au bord du Mékong, nickel chrome !
Au bord du Mékong, nickel chrome !
Au bord du Mékong, nickel chrome !

Au bord du Mékong, nickel chrome !

Notre premier repas, 3 bières, 1 thé, 1 soupe, 2 plats de pâtes, crevettes, viande, 2x3 nems nous a coûté 517 00 đồng vietnamiens (VNG) soit environ 5€ par personne !! Les herbes qui accompagnent notre repas ne sont ni de la menthe, ni de la coriandre, l’une d’elle, aux longue fines feuilles a un goût d’anis. Il y avait sûrement du glutamate dans le repas, j’ai la mâchoire comme anesthésiée. En sortant de la gargote je vois des durians. Ils ne sentent pas si mauvais que cela…

Deux heures du matin, insomnie. Je lis Mali ! Ô Mali !, la suite de Madame Bâ, que je n’ai pas lue. Le livre commence par un voyage, comme en parallèle avec le nôtre. Le petit-fils de madame Bâ fait le griot et consigne tous les faits et gestes de sa grand-mère, tout comme moi qui prends des notes pour le journal de notre voyage.

Depuis le début, le programme de notre voyage au Vietnam est flou et cela me va très bien !

 

Lundi 19 février

Nous nous rendons, guidés par la musique, à une foire familiale et hétéroclite.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Prix d’entrée dérisoire

Prix d’entrée dérisoire

Concours de chants d’enfants

Concours de chants d’enfants

Stands de bouffe, miel, gadgets

Stands de bouffe, miel, gadgets

Massifs de fleurs devant lesquels tous se prennent en photo
Massifs de fleurs devant lesquels tous se prennent en photo
Massifs de fleurs devant lesquels tous se prennent en photo

Massifs de fleurs devant lesquels tous se prennent en photo

Les jets d’eau rafraîchissants

Les jets d’eau rafraîchissants

Ce parc ombragé par de nombreux arbres. Des aquariums avec toutes sortes de poissons, des gros et des minuscules

Ce parc ombragé par de nombreux arbres. Des aquariums avec toutes sortes de poissons, des gros et des minuscules

Concours de mode où rivalisent tuniques, pantalons

Concours de mode où rivalisent tuniques, pantalons

« Groins de cochon ». C’est ainsi que j’appelle ces masques qui cachent et protègent la bouche et le nez de très nombreux Vietnamiens. Pollution, soleil, les raisons sont variées.
« Groins de cochon ». C’est ainsi que j’appelle ces masques qui cachent et protègent la bouche et le nez de très nombreux Vietnamiens. Pollution, soleil, les raisons sont variées.

« Groins de cochon ». C’est ainsi que j’appelle ces masques qui cachent et protègent la bouche et le nez de très nombreux Vietnamiens. Pollution, soleil, les raisons sont variées.

Nous nous sommes faits « arnaqués » par un marchand de jus de noix de coco. Mine de rien, en riant, l’un d’entre eux a glissé son palanche sur l’épaule de Tchitchi

Nous nous sommes faits « arnaqués » par un marchand de jus de noix de coco. Mine de rien, en riant, l’un d’entre eux a glissé son palanche sur l’épaule de Tchitchi

qui avait commencé à discuter avec lui. Puis il lui a mis une noix de coco décapitée dans la main, une paille dedans. Que faire ? Payer et boire le jus ! Une technique comme une autre pour forcer la main aux touristes ravis de porter ces deux paniers en équilibre au bout de cette tringle. 150 000 đồng pour deux noix puisque moi aussi je n’ai su résister à l’appel de la noix de coco. Mylène est furax car cela a pris un bon moment et que pendant les négociations, Roland et elle avaient continué à marcher et que nous étions restés loin en arrière. En partant le vendeur nous indique le chemin pour aller au musée de la guerre… une mauvaise direction !

Nous apercevons dans un parc des tanks, des avions, c’est le musée du souvenir.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Au musée de la guerre, nous sommes immédiatement dans l’ambiance

Au musée de la guerre, nous sommes immédiatement dans l’ambiance

Un fond sonore, des bombes sifflant puis explosant nous accueille.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Deux étages, je franchirai seulement le premier niveau car je ressors de la première salle en larmes, l’horreur au cœur. Des photos, des objets. Sur une photo un Américain tient par les cheveux ce qui reste d’un homme, son buste, déchiqueté, juste ses épaules et des lambeaux de chair qui pendent. Et la photo si célèbre de cette fillette courant nue sur une route, brûlée au napalm. Je n’irai pas voir la salle consacrée à l’agent orange, j’ai déjà vu de grands panneaux exposés dans la rue sur l’enceinte de ce musée montrant des enfants nés de mères touchées par ce produit chimique, complètement déformés par les mutations génétiques. Je ne peux pas. Ni les autres salles. Je redescends et vois des anciens combattants vietnamiens, en uniforme militaires, le plastron couvert de médailles.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Ils sont invités à une réception, les plats sur la table en attestent, dans l’une des salles du musée. Ils ressortent, des cadeaux dans les bras.

Nous nous dirigeons ensuite vers la cathédrale, fermée pour travaux. Un homme, un mendiant, le seul que nous verrons pendant tout notre séjour dans ce pays, le corps complètement déformé, assis par terre, un document en français sur l’agent orange, à l’origine de son lourd handicap. Argent contre agent orange. Au cours de notre séjour nous verront une dame, la voisine de notre hébergement, à Hội An, sans doute elle aussi victime de ce produit. J’ai vu d’autres personnes qui ne mendiaient pas mais vendaient de petites babioles, un jeune aveugle et une dame naine très très petite.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

A la poste j’achète des timbres pour les cartes que j’ai déjà écrites et dans une boutique un carnet de timbres pour mon père.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Ces enfants posent pour leur maman

Ces enfants posent pour leur maman

Nous entrons dans un temple (nous croyions que c’était un marché !) et un homme me parle en très bon français, il me dit qu’il est un « pascalien », il est allé au lycée Blaise Pascal de Nha Trang.

Puis nous entrons dans un supermarché hyper moderne,

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

climatisé car Roland veut acheter une carte mémoire pour son appareil photo. Après la chaleur étouffante, c’est un vrai bonheur !

Pendant que Roland va dans les rayons, nous nous installons puis commandons des glaces. Mmmh !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Là, un immeuble dont les plantes jaillissent et surgissent de toutes parts.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Le Mékong est envahi de plantes, de branchages et d’ordures.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Un oiseau beige est posé sur un bâton, quand il s’envole, il déploie de belles ailes toutes blanches

Un oiseau beige est posé sur un bâton, quand il s’envole, il déploie de belles ailes toutes blanches

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Roland et Tchitchi font la sieste, sur l’herbe.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Au retour Roland refera la sieste de 18h à 20h, et moi aussi.

Au Vietnam nous brassons d’énorme quantité de billets et des montants incroyablement élevés ! Il n’y a aucune pièce de monnaie, que des billets. 2000 đồng, une somme très importante n’équivaut qu’à 10 centimes d’euros.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Un commerçant a offert à manger à cette jeune mendiante et son enfant

Un commerçant a offert à manger à cette jeune mendiante et son enfant

Il n’y a pas d’âge pour rouler en deux roues !

Il n’y a pas d’âge pour rouler en deux roues !

Des rues portent des noms de médecin français : Pasteur, Calmette…

Ce soir nous retournons manger dans notre « cantine » le petit resto où nous sommes allés le premier soir, faute de mieux. Nous voulions aller manger ailleurs mais le quartier est envahi par la musique à fond ! Il me fait penser à cette ville de Thaïlande où pullulait la faune. Ici, il y a tellement de gens sur a chaussée que les voitures et les motos peinent à se frayer un passage. Les gens mangent et boivent dans des bars violemment éclairés, et dans la rue sur de minuscules tabourets. Des « hôtesses » poitrine avenantes proposent des massages de pieds, de visage et de corps. On voit quelque jeunes femmes avec de vieux barbons barbus ventripotents, dégoûtant ! Comme à Phuket. Mylène est persuadée d’en avoir vue une d’à peine 12 ans. Mais les Vietnamiens font très jeunes et tout au long de notre séjour nous serons surpris par l’âge annoncé des personnes avec qui nous discuteront. Certaines petites mamans semblent parfois êtres la grande sœur de leur enfant.

En sortant du restaurant je vois le fameux durian dont m’a déjà parlé Elsa. C’est un très gros fruit, avec des piquants. Je veux y goûter, pas mourir bête ! Mylène fait la moue, dégoûtée, elle trouve que ce fruit a une odeur d’égout. Tous les trois, avant même d’y porter les lèvres disent qu’il pue. Je dirai, quant à moi, qu’il a une drôle d’odeur, mais pas vraiment qu’il pue. La vendeuse le pèse et me l’épluche. A l’intérieur, le fruit se présente sous la forme de compartiments blanc ivoire en forme de fœtus, mou. Je retourne au restaurant pour en manger. Ce n’est pas mauvais ! Je ne dirais pas que c’est délicieux, que j’en mangerai tous les jours car le durian a un goût vraiment spécial. Sa texture aussi est particulière, tendre, douce, épaisse, presque mousseuse. J’en propose à Roland, Tchichi et Mylène. Ils goûtent du bout des lèvres, c’est beurk ! A une autre table, je propose à trois filles de goûter : le fuit pèse 1kg et demi, je ne vais pas le manger toute seule, je veux partager ! Elles veulent bien y goûter mais ne sont pas enthousiastes, elles n’en reprendront pas une deuxième fois. En revanche, à la table d’en face, deux hommes dont l’un se moque gentiment de tous. « Ouvrez vos chakras » qu’il dit, pas de préjugés, lui, il adooore ce fruit ! Cela fait trois fois qu’il vient au Vietnam et il y retournera encore en fin d’année. Il nous montre des photos prises avec son portable à Mũi Né, une véritable catastrophe écologique, une mer de déchets, une accumulation de poubelles dans le sable et des 4x4 vrombissants qui détruisent les dunes.

Les personnes qui font du scooter sont parfois totalement masquées de la tête au pied. Un chapeau prolongé d’un tissu qui descend sur les épaules et d’un autre sur le visage ne laissant apparaître que les yeux et parfois même, en plus, des lunettes noires qui les cachent. Les femmes portent, en plus, un grand tissus, comme une jupe jusqu’aux pieds, fermé par un scratch qui recouvrent une jupe plus courte ou un pantalon. Le summum c’est quand tout est assorti de la tête aux pieds. Ce peut aussi être une cagoule, un bonnet ou une casquette assorti d’un masque sur la bouche. Et il fait 39°C ! Sur la moto, le casque, qui n’est parfois qu’un casque de vélo, est obligatoire, sous peine d’amende. Mais à part les adultes et quelques grands enfants, aucun petit n’est protégé. Nous avons vu des nouveau-nés dans les bras de leurs parents ou dans un porte bébé, transportés sur des motos ou des scooters… Les gens rentrent leur scooter dans leur salle à manger, un rail amovible leur permet de franchir la marche de la terrasse devant leur maison.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Des conducteurs de pousse-pousse, des vrais, le vélo derrière et le siège confortable devant, pas comme en Thaïlande où le vélo est devant.

 

 

Des cerceaux, des gros et des petits, toujours très colorés et même brillants sont parfois posés sur le trottoir. Pourquoi ? Qu’est-ce ?

Des cerceaux, des gros et des petits, toujours très colorés et même brillants sont parfois posés sur le trottoir. Pourquoi ? Qu’est-ce ?

Tiens, un cycliste avec tous ses « attributs » ! Casque, cuissard, maillot, couvert de publicités et vélo de course !

 

Mardi 20 février

Nous avons rdv à 7h30 en bas de l’hôtel pour une visite de la région, en car. J’ai gardé deux rouleaux de printemps que je n’ai pas mangé hier. Je mets de l’eau chaude, car nous avons une bouilloire dans la chambre, avec un sachet de thé, dans mon thermos.

D’innombrables petits groupes rejoignent la place venant, comme nous, de petites agences, conduits chacun par un employé.

Sur cette place, de bon matin, des joueurs de badminton.

Sur cette place, de bon matin, des joueurs de badminton.

Finalement, le car est plein. Français, Russes, Japonais. C’est un circuit très touristique. Le seul truc de « Toutou » que nous avons prévu de faire. Le guide cause en anglais. Le car roule en ville. Sur un terre-plein central, de l’herbe, dessus, une cage, dedans, des poules. Enfin la campagne. Là, en plein champs, des tombes assez colorées, seules ou groupées par deux ou trois. Je ne vois pas ce que récoltent les paysans qui ont de l’herbe jusqu’aux genoux. Du riz ? Ici, les grands chapeaux coniques ne sont pas partie du folklore ! Etanches à la pluie, protecteurs contre le soleil, tous les paysans en portent, image d’Epinal. Cependant, j’ai prévenu Roland : pas question d’en ramener un à la maison, inutile et surtout encombrant : Notre guide, Keny, parle, d’après Roland, un mauvais anglais. Plus loin, des champs de petits palmiers, pas plus d’1m50 de haut aux fines feuilles. Ananas ? Deux tombes, côte à côte sous un toit. Le guide n’arrête pas de parler, je ne comprends pas… Il n’aura plus rien à nous raconter, après ! Péage d’autoroute. Un immense panneau met en garde contre les violences conjugales.

Nous nous arrêtons devant une sorte de hangar pour une pause. Thé ? Pipi ? Que nenni ! A l’entrée notre guide nous distribue un badge. Par petits groupes nous sommes réunis dans une des nombreuses petites salles, remplies de chaises, une pour chaque passager des nombreux autocars arrêtés dans la cour, pour écouter une dame nous débitant des sornettes. Quel ridicule, quelle arnaque ! C’est un « arrêt casserole », comme dit Tchitchi, dans son langage de voyagiste. Et où est notre petit déjeuner ? Un truc tiède à boire, à peine coloré, sans vraiment de goût. Heureusement que j’avais gardé les rouleaux de printemps d’hier soir. En lieu et place des rizières, du miel promis, la femme nous fait une démonstration d’un foulard en fibre de bambou, qui sèche les cheveux, un chiffon magique et surtout un « truc » qui sert de gilet, de robe, de foulard en tissus blanc extensible (en fibre de bambou ?) dans tous les sens. Et là, un four rire me prend, tant que les larmes me montent aux yeux !! Et la pauvre fille, imperturbable, qui fait ça à longueur de journée, groupe après groupe… Je la sens plus ou moins complice de mon fou rire. Après, je suis si vite sortie que j’ai entendu plusieurs « M’ame ! M’ame ! ». Une femme m’appelle, je ne me suis pas retournée, j’ai dû « oublier » d’acheter quelque chose !

Une flottille de péniches, maisons flottantes au milieu du fleuve.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Le car nous a déposés auprès d’un gros bateau qui nous fait traverser, jusqu’à une île, en face.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
De gros fruits pendent dans un arbre, des jacks foot, ou jacquier, en français
De gros fruits pendent dans un arbre, des jacks foot, ou jacquier, en français

De gros fruits pendent dans un arbre, des jacks foot, ou jacquier, en français

Certains peuvent peser jusqu’à 25 kilos ! Enfin, pas ceux que je vois… De quoi nourrir plusieurs familles

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous dégustons du thé,

Nous dégustons du thé,du miel liquide, mangue, pastèque fruit du dragon (pitaya ou thanh long en vietnamien) frais. La chair de ce dernier est grise, plein de toutes petites graines noires, assez fade, sans intérêt gustatif. Par contre, visuellement, il est magnifique. Durant le voyage nous mangerons aussi des fruits dont la chair est orange et dont la peau est verte. Ce ne sont ni des oranges, ni des petites limes mais des kalamansi petits et ronds qui se mangent au sel et au poivre. C’est bien un « voyage casserole » ! Nous n’achetons que de la banane et du gingembre séchés.

Nous montons ensuite dans de minuscules barques à rames, navigant le long de petits canaux, étroits où deux embarcations se croisent tout juste.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Puis nous rejoignons un troisième bateau, aussi grand que le premier, pour accoster sur une autre île.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Démonstration de la fabrication de caramel faits à partir du lait de coco.

Elle nous montre comment on coupe le fruit

Elle nous montre comment on coupe le fruit

Il est ensuite râpé, et cuit

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
et enfin une fois cuit, il est coupé en petit carrés

et enfin une fois cuit, il est coupé en petit carrés

et emballé.

et emballé.

Très bon ! Nous en achetons… 6 sachets ! Ça fera des cadeaux pour la famille. Ils vendent aussi de la bimbeloterie.

 

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Puis c’est l’heure du repas. Beaucoup de sortes d’herbes. Je demande les noms, en vietnamien, que nous traduisons via internet :

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Le rau tìa tô : c’est de la périlla dont les grosse feuilles ressemblent à des orties vertes et rouges, le rau mùi, une coriandre qui en a l’aspect mais le goût est plutôt celui de de la menthe, le rau ram : des feuilles de brocoli, lancéolées,

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

de la lot, des feuilles de poivrier sauvage. Si j’ai bien j’ai compris, rau, c’est de l’herbe ! Le poisson est bien grillé, et dans le riz il y a quelques morceaux de viande. A table avec nous, un homme et une femme espagnols. L’occasion pour moi de parler ma langue préféré ! Contrairement à ce que je croyais, ce sont des frère et sœur « de lait ». Ils ont été élevés ensemble par ses parents à lui, après le décès des parents de la dame. Ils nous disent que, dans le nord du Vietnam, la montagne est belle. Il est possible de louer une voiture avec chauffeur car au Vietnam, conduire même avec le permis international n’est pas autorisé. Et le prix d’une location de voiture avec chauffeur équivaut à celui d’une location de voiture en France.

Le restaurant se trouve dans un petit parc d’attraction. Des crocodiles nagent dans un marigot, attirés par les morceaux de viande que les touristes vietnamiens agitent au bout de cannes à pêche.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Ailleurs, des enfants donnent le biberon remplis de graines, dont la tétine est coupée, à des poissons.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Plus loin, des enfants sont « enfermés » dans des bulles colorées flottant sur l’eau et ils s’agitent pour les faire avancer.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Un pont de singe fait de cordes et de bambou passe par-dessus cette petite étendue d’eau.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Dans un aquarium, comme en Crète, des petits poissons mangent les peaux mortes des doigts de pieds que les touristes veulent bien leur donner.

Halte, sur le chemin du retour, dans un temple où trône un énorme bouddha rigolard.

Bassin, rocher, plante et personnage dans jardin du temple
Bassin, rocher, plante et personnage dans jardin du temple
Bassin, rocher, plante et personnage dans jardin du temple

Bassin, rocher, plante et personnage dans jardin du temple

Sculpture en mosaïque à l’entrée du temple

Sculpture en mosaïque à l’entrée du temple

Mercredi 21 février

Nous partons pour Cần Thơ avec un chauffeur.

Une cage est posée sur l’herbe du terre-plein central dedans, deux poules. La même qu’hier ? Par la fenêtre, le spectacle des mobylettes et de leur chargement : 4 énormes panières (2 de chaque côté) remplies de petits citrons verts (des kalamansis ?) ; entre ses parents, un bébé boit un biberon d’eau.

Nous faisons un « arrêt pipi » sur une sorte d’aire autoroute. Sous un hangar, c’est le marché ! Des étals de légumes, de jouets, des buvettes, des restaurants. Et aussi… des toilettes sans papier ni chasse d’eau, remplacée par une grande cuve remplie d’eau et une petite bassine en plastique. Des aquariums, assez grands, un petit et un grand bassin avec, aussi, des poissons. Nous achetons des fruits que le chauffeur a choisi : marron un peu brillants avec de toutes petites pointes très piquantes, lisses, acides et juteux à la fois, ils s’épluchent, ils ont deux gros noyaux. Chaque noyau est plat du côté où ils sont accolés. D’autres, qui ressemblent à des tomates pas mûres, vertes très pâles, presque blanc. La vendeuse les coupe en quatre, enlève les pépins. Ça a la texture d’une pomme, à peine sucré, un peu acidulé. Et nous achetons aussi de l’ananas.

Remarque et question : pourquoi, au Vietnam, n’y a-t-il QUE des voitures neuves ? Par contre, les bus sont vieux. Il y a aussi de vieilles les brêles.

Nous arrivons à Cần Thơ. Le chauffeur met un moment à trouver l’hôtel. Nous mangeons dans un resto, appelé L’escale, il est 15h. Le nom du resto et la carte sont en français.

Nous partageons une immense chambre, avec deux très grands lits et vue sur la mer. Le luxe !

Nous partageons une immense chambre, avec deux très grands lits et vue sur la mer. Le luxe !

Nous partageons une immense chambre, avec deux très grands lits et vue sur la mer. Le luxe !

Dans l’eau du Mékong, un gamin joue, se servant d’un morceau de polyester comme d’une planche de natation.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous faisons les badauds.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Roland m’achète un chemisier à manches courtes, blanc, brodé de dragons dorés, j’apprendrai plus tard que c’est le symbole des rois. C’est un modèle homme, le vêtement est ample et le tissus agréable. Nous achetons aussi une robe pour Zoé et une autre pour Selma. Et Tchitchi fait tout un cinéma avec la vendeuse qui le déshabille littéralement pour qu’il enfile une chemise… !

Et nous allons au marché, le long d’une rue

Traí môn

Traí môn

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Partout, depuis notre arrivée au Vietnam, des bannières en tissus d’un rouge brillant portant soit une faucille et un marteau jaune, soit seulement une étoile flottent sur les avenues.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Dans certains bar l’on voit des hamacs alignés sous des sortes de hangars, et les gens dorment, se reposent. Dortoir en plein vent, si ce n‘est en plein air. Et hier soir nous avons vu (auberge de la jeunesse ?) une maison avec des châlits d’où des pieds humains dépassaient.

Le soir nous ne mangeons que des fruits : ananas, fruits de la passion, traí môn et main de petites bananes.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Puis nous sommes ressortis Mylène, Tchitchi et moi, laissant Roland dormir. Les gens sont habillés comme pour une fête, le front (non pas de mer mais du Mékong) est décoré de guirlandes colorées,

Un pont est couvert de lumières multicolores. Tout ça est très kitch, ambiance fête foraine. Des bateaux de croisière où des personnes dînent sont eux aussi éclairés de néons colorés. Nous nous couchons tôt, à 9h ! Nous nous sommes en effet renseignés pour savoir où voir ces fameux et tant vantés « marchés flottants ». Lorsque nous sommes allés nous promener une vieille femme nous a suivi tout le long nous proposant de sa voix criarde « marché flottant ! », ballade, dans sa barque, en partant du bord, tout près de l’hôtel. Mais c’est à l’accueil de l’hôtel que l’on nous a donné des indications précises. C’est notre chauffeur qui nous y emmènera. En fait, il faut partir très tôt, prendre la voiture et faire quelques kilomètres pour aller les voir !

Il faudra donc se lever tôt demain. Ensuite, après le marché, nous poursuivrons notre route jusqu’au port pour embarquer sur le ferry qui mène à l’île de Phú Quốc.

 

Jeudi 22 février

Bien dormi, les hommes n’ont pas trop ronflé. Roland se réveille à 4h du matin, nous nous levons à 4h45.

Après quelques kilomètres de voiture nous arrivons au bord du fleuve. Personne, pas de touriste, ni de barque mais… une vielle femme, le chauffeur discute avec elle. Elle agite le bras, appelle un bateau. Il a des coussins et des gilets de sauvetage, chic ! Mais avec son téléphone portable, le pilote appelle une personne. Vive les nouvelles technologies ! Une barque, toute simple, sans coussin, arrive pilotée par une femme.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous faisons une très jolie promenade à travers les canaux, de petites rivières. Le « marché flottant » est réduit à sa plus simple expression.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Roland se demande même à quel point les commerçant en bateau ne sont pas en représentation théâtrale

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
et ne font pas semblant, pour les touristes
et ne font pas semblant, pour les touristes
et ne font pas semblant, pour les touristes
et ne font pas semblant, pour les touristes
et ne font pas semblant, pour les touristes
et ne font pas semblant, pour les touristes

et ne font pas semblant, pour les touristes

Au fil de l’eau nous voyons de petits enclos, des filets maintenus par des piquets plantés dans l’eau : élevages de poissons ?

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Tout se lave, dans cette eau boueuse où flottent de nombreux déchets, polyester, fruits, feuilles, plastique : la vaisselle, le linge, le visage.

Va-t-on pouvoir passer ?
Va-t-on pouvoir passer ?
Va-t-on pouvoir passer ?
Va-t-on pouvoir passer ?

Va-t-on pouvoir passer ?

De nombreux fruits poussent, sauvages : bananes,

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Noix de coco, jack foot et durian.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

La dame qui nous emmène en barque veut nous cueillir un fruit.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Elle s’arrête et une autre dame lui en fait passer. Je mords à pleines dents dans un cóm ón. « Non, non ! » de la sève blanche coule et colle mes lèvres. Je lui donne mon couteau car elle veut me montrer. On ne mange que le centre du fruit, il faut bien enlever au moins 3 cm d’épaisseur de peau. C’est un fruit juteux, avec de grosses graines.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous passons à côté d’écluses et d’une station-service pour alimenter les bateaux en carburant.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous revenons à terre, et reprenons la route. Nous longeons le Mékong. Passons sur des ponts métalliques étroits traversant les affluents où ne passe qu’une voiture à la fois. Phong Điền, un village où se déroule un marché au sud de Cần Thơ. Nous avons quitté la grande route.

Dans les champs de petites buttes alternent avec des fossés étroits, parallèles, remplis d’eau. Des légumes poussent : cucurbitacées et autres. Un gars, réservoir dans le dos et petite pompe avec un tuyau actionnée à la main, il traite : insecticide ?

Tiens, un cimetière, croix alignées, sans doute des militaires.

Un scooter passe, une petite fille debout entre ses parents. Des personnes portent parfois un plastron qui descend dans le dos et sur la poitrine, prolongeant le tissu qui couvre la tête, parfois assorti au chemisier.

Des magasins, leurs enseignes attirent notre attention : « Hot Doc » (hot dog… !) ; un autre « Cà phê » (café !) et « La neige ».

Devant une maison une famille mange sur une plateforme en bois, comme nous avons déjà vu en Inde.

Au Vietnam les chrysanthèmes ne sont pas synonymes de mort, il y en a partout, dans les temples, les monastères et les autels des maisons et des jardins. Les fleurs sont surtout jaunes et oranges.

Pour écrire il existe toutes sortes d’accents, parfois, deux accents différents sur une même voyelle (ạ, ẵ, ầ, à, á, ầ, ả, é, ề, ì, í, i, ế, ộ, ồ, ơ, ố, ự, ũ, đ ou Đ). Comment prononce-t-on tout cela !? Notre chauffeur ne parle pas anglais et quand nous nous essayons à parler vietnamien, il ne comprend pas. Dans cette langue, il ne suffit pas de prononcer les mots, les lettres, il faut connaître le ton, il y a 6 tons différents.

Tiens, un très grand stade à Long Xuyên.

Nous faisons faire un détour à Tón, notre chauffeur car sur le guide un parc aux oiseaux est indiqué à Con Co. Mais pas facile à trouver. Il demande la route à plusieurs personnes qui nous donnent toutes la même direction. Puis nous roulons sur une rue de plus en plus étroite. Elle longe une petite rivière, puis, nous arrivons à un pont, interdit aux voitures, trop vieux, pas solide, des planches sont cassées. Nous continuons le chemin à pied. C’est loin, il fait chaud. Nous demandons confirmation en dessinant un oiseau, mais nos interlocuteurs, des élèves en uniforme ne comprennent pas. Je suis « mandatée » par les copains pour aller chercher la carte dans la voiture. C’est là que nous avons lu le nom de cet endroit, en vietnamien et je dois dire au chauffeur que nous cherchons. Pendant ce temps ils continuent leur chemin. Quand je repars dans l’autre sens je ne les retrouve plus… Ah ! Si, sur la terrasse d’une sympathique famille. Le bébé dort, bercé dans son hamac.

Le grand-père offre le thé, meilleur que le Lipton® vendu dans tous les bars et hôtels ! Mylène avait besoin d’aller aux toilettes. C’est une cabane qui sert de douche et de wc. Bassine, serviette, wc à la japonaise : au Vietnam ce sont souvent des wc de la marque Toto. La cabane est fermée par un rideau, on entend les oiseaux.

Ce parc aux oiseaux n’existe plus ! Nous voyons tout à coup Tón arriver en voiture, il a fait le tour et vient par l’autre côté.

Il nous emmène voir un mémorial aux morts Vietnamiens tués par des Cambodgiens, envahisseurs du pays car ils voulaient s’approprier l’île de Phú Quốc dans les années 1978/79. Derrière les vitrines c’est un ossuaire, tibias, crânes. Les dépouilles sont méthodiquement classées par sexe et âge, et des panneaux indiquent le nombre de personnes tuées.

Puis nous mangeons à côté, dans un bouiboui à 1,60€ le repas par personne. Record battu ! Tofu, viande de porc caramélisée, riz, haricots, pas mal du tout. Nous sommes les seuls touristes. Les toilettes sont dans un recoin fermé par un rideau à côté de la cuisine et du « dortoir » (des hamacs suspendus). Dans ces toilettes les pieds ne sont pas surélevés, donc pas à l’abri d’inondations polluantes. Un creux dans le béton, à peine incliné, un petit trou, et c’est tout. Ok pour les liquides, mais le reste ?? Et une cuvette à l’extérieur avec laquelle on puise de l’eau dans un récipient pour se laver les mains.

Nous reprenons la route en direction de l’île. Le chauffeur nous laisse au port. Il nous fait payer un supplément par rapport au prix préalablement convenu avec l’agence d’Hô-Chi-Minh car nous lui avons fait faire un détour pour aller au parc aux oiseaux.

Sur le pont du bateau des poules en cages et des mobylettes.

L’île est moins loin que ce que nous avions imaginé et le voyage, donc, … plus court.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

C’est un minibus qui fait la navette qui nous emmène à l’hôtel. En arrivant : problème. Au départ Roland avait réservé 3 nuits puis a pris une réservation pour une nuit supplémentaire, plus simple (et sans frais) que d’annuler la première réservation de 3 nuits et de prendre une réservation pour 4 nuits.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Mais le petit jeune, à la réception, un peu hébété, ne comprend rien ! Il a une bouille ronde de bébé à sa maman. Dans l’ordinateur, il ne voit que la 4è nuit et, pour lui, donc, nous arrivons trop tôt (3 jours d’avance !). Autre problème : il voit une chambre à 3 lits et l’autre à 1 lit… ! Une fois les problèmes réglés nous avons enfin nos chambres. Nous avons un balcon et vue sur la mer. Les copains ont une baie vitrée et une vue sur la rivière et les bateaux qui passent. La nôtre est plus chère, donne sur le port.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

La prochaine fois, la belle chambre sera pour eux.

Vue plongeante sur la rue
Vue plongeante sur la rue

Vue plongeante sur la rue

 

Douche, grande lessive, étendue sur le balcon. Une fois propres et reposés, j’ai dormi ¼ d’heure, nous partons en ville voir le centre de plongée, tous les quatre. Roland l’a repéré sur le guide du Routard. Dans un premier temps nous nous adressons à eux en anglais. Mais ce sont deux Français qui tiennent la boutique, ils sont salariés, trop contents de parler français ! Ils étaient fonctionnaires. Elle, pharmacienne en hôpital, lui, très beau mec, barbu, et de ces yeux, clairs ( ! à se faire pâmer une armée de midinettes !) était policier, 23 ans à la BAC.

Nous sortons pour aller manger mais il se met à pleuvoir des cordes ! Le resto d’à côté fera bien l’affaire ! Il est bruyant et l’on y mange plus français que vietnamien. Au menu : canard au poivre vert. La déco est sympa : photos, objets de récup’ comme de vieilles machines à coudre.

Vendredi 23 février

Roland est parti tôt faire de la plongée. Il s’est levé vers 6h30. Cela m’a réveillée. J’ai lu et étendu les chaussettes un peu mieux. Il y en a de partout, même dans le placard. Vers 8h je suis allée voir les copains, à peine réveillés.

Mylène a très mal dormi. Obligée de mettre ses bas de contention en pleine nuit, tant elle avait mal aux jambes !

Hier soir la personne chargée de l’accueil nous a remis des tickets pour le petit déjeuner. Nous descendons, Tchitchi, Mylène et moi et prononçons le mot magique de breakfast ! Comme nous ne comprenons pas ses explications (le gars nous montre la porte), il nous emmène juste à droite en sortant de l’hôtel ! Un self semi en plein air, sorte de hangar où les gens font la queue. Là, nulle trace de café, thé, pain ou confiture, pas plus que de gâteau… c’est menu unique : soupe de nouille, de tofu, et poisson. Hummmm, mais Mylène, beurk ! Tchitchi est entre les deux. Devant nos mines surprises, le groom nous accompagne, donne nos tickets à l’accueil et nous désigne une table où est assis un couple de Vietnamiens. Ils boivent, en plus, du lait de « soya ». Yes ! On le veut froid, mais sans glaçon. On nous en ramène un verre entre tiède et froid. Mylène et Tchitchi ont du mal, moi, ça me réjouis. Puisque c’est ainsi que les Vietnamiens petit-déjeunent, allons-y !

Puis, plan en main, nous partons à la recherche d’une banque. Les personnes à qui nous demandons notre route nous baladent d’un côté, de l’autre. Le pire, c’est le gars qui est juste devant la banque et qui ne comprend pas que c’est la banque que nous cherchons. Dur, dur de se faire comprendre ! Nous passons devant un temple

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

flanqué de part et d’autre d’une école

placée sous la haute protection de Disney et des dragons
placée sous la haute protection de Disney et des dragons
placée sous la haute protection de Disney et des dragons

placée sous la haute protection de Disney et des dragons

Bizarre, c’est écrit en idéogrammes chinois, pas en vietnamien

Bizarre, c’est écrit en idéogrammes chinois, pas en vietnamien

Tchitchi veut entrer dans l’école … ! En ressortant nous entrons dans le temple.

Puis nous appelons un taxi qui nous emmène à Mango Bay, la plage des touristes occidentaux. A notre grande surprise et un peu de frayeur il prend la direction de l’aéroport ! Non, non, non lui dit-on ! Et là, carrément, il entre sur le tarmac et part en direction des pistes d’atterrissage ! A côté, des vaches paissent paisiblement. Affolement, puis fou rire ! Nous retrouvons la route.

La plage est propre,

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

ratissée mais envahie de minuscules fourmis rouges qui piquent. De très mignonnes pommes de pin et de fines aiguilles s’accrochant dans le paréo jonchent le sol. J’ai oublié mon livre à l’hôtel et je n’arrive pas à dormir, contrairement aux copains.

Des tombes, comme un peu partout dans le pays font partie du paysage

Des tombes, comme un peu partout dans le pays font partie du paysage

Malgré le fait que je sois restée à l’ombre, je suis rouge ! J’enfile mon chemisier à manche longue. De très mignonnes pommes de pin et de fines aiguilles s’accrochant dans le paréo jonchent le sol. J’ai oublié mon livre à l’hôtel et je n’arrive pas à dormir, contrairement aux copains.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Je vais marcher le plus loin que je peux le long de la plage.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Tiens, juste à côté de nous, sur un rocher, un gecko, tête gonflée, se fait dorer au soleil. Et aussi, un petit crabe qui, à notre approche, se précipite dans un trou. Quand je suis allée nager, sur un rocher, là où l’eau affleure, j’ai vu un autre crabe, coloré, celui-là. Le bruit que fait le sable quand on marche est étonnant, je n’arrive pas à le caractériser. C’est Mylène, la montagnarde, qui a trouvé : il crisse comme la neige.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous mangeons au resto, au bord de la mer. Le café, vietnamien, a un goût de caramel.

Puis nous occupons les transats réservés aux vacanciers des bungalows. Personne ne nous dit quoique ce soit. Nous profitons aussi de la piscine et des toilettes (pratique, la douchette, dans les w.-c, pour enlever le sable du maillot).

Heureusement que l’on ne reste pas plus longtemps ici, car cette plage ressemble à n’importe quelle plage de n’importe où dans le monde ! Cocotier et sable blanc… Au retour, en attendant d’attraper un taxi, nous achetons un ananas (que la dame épluche et tranche devant nous) et des bananes.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Heureusement que l’on ne reste pas plus longtemps ici, car cette plage ressemble à n’importe quelle plage de n’importe où dans le monde ! Cocotier et sable blanc… Au retour, en attendant d’attraper un taxi, nous achetons un ananas (que la dame épluche et tranche devant nous) et des bananes.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Le soir nous allons nous promener dans la ville pour trouver un restaurant où manger. Juste à côté de notre hôtel, un aquarium avec des fruits de mer, donc, très frais. C’est là que, finalement, nous allons. Les copains n’aiment pas trop le poisson, les fruits de mer ni le poulpe. C’est notre repas le plus cher : 29€ pour trois personnes. Nous allons voir le marché de nuit et, effectivement, c’est très vivant. Plein de bêtes et de poissons dans des aquariums, malheureusement y compris des espèces protégées comme des bénitiers, mais pas d’hippocampe comme la personne du club de plongée nous en avait parlé hier soir. Nous mangeons une glace au fruit de la passion faite d’une manière assez particulière : sur une plaque métallique gelée, le gars verse de la crème, et y pose de la purée de fruit frais, il gratte avec des spatules métalliques de plâtrier, triture, étale, rassemble, mélange, rassemble, étale à nouveau et racle cette crème glacée qui s’enroule sur elle-même pour en faire quatre sortes de copeaux ; puis il les met dans un récipient avec du chocolat liquide et des biscuits. Très parfumée et excellente. Ce soir, nous avons mangé tout ce qu’il faut pour attraper la tourista : glace et fruits de mer !

Dans ce marché se vendent aussi des vêtements, bonbons, churros, bijoux…

Pour aller au club de plongée, ce matin, Roland s’est perdu. En partant, il a croisé dans la rue une vieille femme qui vendait des beignets. Excellents ! Sur un stand il s’est acheté un café vietnamien et des sandwichs pour le repas de midi.

Samedi 24 février

Nous portons nos cartes à la poste.

On s’est perdu, alors que le bateau où nous avons rendez-vous pour aller faire de la plongée est juste à côté de l’hôtel ! C’est un grand bateau, bien agréable, et pratique pour s’installer avec sa bouteille et circuler.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Comme petit-déjeuner je mange un beignet acheté à la vieille femme, une banane et un morceau d’ananas achetés hier, ça cale !

Notre première plongée, à Tortle Island, dure 45 minutes, à 5 mètres de profondeurs. J’ai vu un nudibranche blanc avec de petits cercles noirs, un serpent plat, d’un peu moins d’un mètre de long, blanc/beige annelé de beige. Tout s’est bien passé, malgré le courant. Nous avons nagé à contre-courant à l’aller, puis nous nous sommes laissé porter par le courant au retour, sans palmer. Notre deuxième plongée a duré 53 minutes. J’ai eu froid, des crampes aux cuisses, et surtout une envie de vomir ! Est-ce la faute à la sorte de café au lait instantané que j’ai bu sur le bateau ? Je me suis légèrement coupée la main à un corail alors que je me retenais car je ne voyais plus Roland. J’ai vomi en montant l’échelle, puis dans le bateau. Une personne de l’équipage me met de l’huile essentielle de menthe mélangée à d’autres sous le nez. Ainsi que dans le creux du cou et vers la glotte. Je me sens beaucoup mieux. Je n’ai rien mangé, je n’ai ni faim, ni soif. Un gamin aussi a été malade : il s’est même endormi sur les w. c !

Après la plongée j’ai mangé le sandwich tout ramollo du matin. Puis je me suis reposée dans la chambre. Roland est reparti au club de plongée… pour envoyer un fichier pour son collègue de travail, Guy. Il lui en avait déjà envoyé un autre, le matin même.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Puis Tchitchi et Mylène sont revenus de Mango Bay. Nous sommes ensuite allés au marché de nuit pour aller manger. Nous sommes repassés devant le resto où nous avions mangé la veille. Le gamin connait le nom de beaucoup de joueurs de foot et le nom de leurs clubs, à un point, que ça n’en est pas croyable. Demain Tchitchi lui offrira sa serviette de bain avec l’équipe d’Italie.

Au marché. Roland et moi mangeons chacun ½ oursin. Les copains, une crêpe avec plein de choses dedans, un peu épicée. Puis, ailleurs, tous les deux, Roland et moi, mangeons deux grosses crevettes chacun. Les copains vont se chercher un dessert. Ils ont mangé une glace, nous partons tous les 4, nous en acheter une aussi. Tchitchi est « en manque » de saucisson. Il veut goûter de la saucisse. Déception… En manque de fromage, aussi. Il a toujours un bon petit bidon, même si nous trouvons qu’il a un peu maigri. Nous aurions aimé, manger de la langouste. Mais à 2, voire 3 millions de đồng, c’est trop cher !

Nous faisons des courses, pour des cadeaux et pour nous : ce café moulu qui a un goût spécial, très différent, de caramel comme celui bu au resto de la plage.

Mylène a vu une grosse bête courir. Un énorme cafard ! Mais non, c’est un gecko…

Ce soir l’hôtel est fermé par un antivol…

Dimanche 25 février

Nous sommes allés prendre notre petit déjeuner au café Sophi, l’« annexe » d’une sorte d’auberge de la jeunesse, dans une rue perpendiculaire. Café et jus d’orange pressée pour eux, jus frais de carotte et thé pour moi. Tchitchi mange viande, œufs frits au ketchup avec une assiette de crudités ; je mange concombre et tomate avec du pain.

Puis nous appelons un taxi pour partir à l’aéroport, le vrai ! Avec l’idée d’y louer une voiture sans chauffeur, puisqu’ici, dans l’île, c’est possible, contrairement au reste du pays. Une fois arrivé, l’agence ne loue QUE des voitures AVEC chauffeur pour 1 million de đồng par jour et encore, ils ne veulent aller que dans le sud ! Fausse information. Finalement, on prend un taxi, moins cher, pour aller dans le nord. Personne ne se sent de louer une moto,

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

ce qui aurait été une autre solution. Nous voulons aller voir des cascades. Il nous emmène dans un endroit, pas de cascade… la route n’est pas accessible, le savait-il ? Sans doute. Ça lui fait toujours une course. Pour aller plus au nord, il faut payer plus. Nous renonçons et lui demandons d’aller à Mango Bay. Roland ne connait pas, il pourra se reposer.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Lundi 26 février

Cette nuit nous avons été malades tous les deux, Roland et moi. Les oursins ? Les intestins, et très barbouillés et fatigués.

Réveil à 5h30, taxi à 6h30 (en avance). Nous sommes à l’heure à l’aéroport et l’avion décolle à 8h55. Malade, en attendant, je dors sur la banquette. Les copains s’occupent de mon gros sac à dos. Le vol dure 1h30 et nous arrivons à Hô-Chi-Minh-Ville. J’ai bien dormi dans l’avion, avant même le décollage (je croyais que nous volions alors qu’il était toujours à terre !) et jusqu’à l’atterrissage.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Ce soir nous dormons dans un train couchettes qui va jusqu’à Đà Nẵng. De là, nous devrons chercher une navette pour aller à Hội An.

Nous prenons un taxi jusqu’à la gare pour mettre nos bagages à la consigne puis nous allons boire un coup. Devant la gare, des gars, en bleu de chauffe, avec un casque de couleur bleu sur la tête. A quoi servent-ils ? Bizarre. Ils tournent, virent.

Nous partons à pied puis en taxi. Je me traîne, fatiguée, souffreteuse. « Allez Titine ! » me dit Mylène. Elle m’appelle souvent comme ça depuis le début du séjour. Elle me redonne le sourire.

Des personnes jouent avec des sortes de volants de badminton mais… avec les pieds ! Le da kiên, ou plumfoot ou encore đá cầu est ultra sportif !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Repos et sommeil réparateur sur un banc, je sombre comme une pierre. Des statues,

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

dans ce parc et des écureuils. Mylène a fait une séance de gym douce avec une dame. Et a discuté avec un bonhomme qui a un chien. Puis, quand je suis réveillée, elle me raconte une mignonne histoire d’écureuil recueilli chez elle quand elle était petite. Les enfants l’avaient trouvé dans les bois alors qu’il n’était âgé que de quelques jours, tout nu et tout tremblant. Nourri avec du lait au biberon de poupée, il a grandi et vivait la nuit dans une cage, la journée quand il y avait du monde il était en liberté. Il grimpait le long de la glycine qui courait sur le mur de la maison jusqu’au deuxième étage. Mais il ne savait pas redescendre. Il attendait le facteur avec impatience, courant fouiller sa poche où il savait trouver une noix ou une noisette. Ces petites bêtes ont le cœur fragile et il est mort de peur le jour où une colombe apprivoisée s’est posée sur sa cage. La grand-mère qui vivait la moitié du temps à Paris l’avait prédit : elle ne l’a pas revu vivant.

Pendant ce temps, Tchitchi sur un autre banc, du côté rue, se fait aborder par un pédaleur de pousse-pousse.La proposition est honnête, à 15 000 đồng par personne pour 1 heure.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Le gars en appelle 3 autres.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

C’est confortable

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

mais impressionnant de passer si près des voitures et au milieu des motos.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Ils sont très sympas. Le vieux, baragouine en français. Le mien est plus jeune. Arrêt chez des artisans de laque pour 15 minutes dans une jolie et grande boutique à touristes. Une jeune femme et un vieil homme y parlent un français très correct. J’en profite pour leur poser la question qui m’intrigue depuis notre arrivée : « Pourquoi n’y a-t-il pas de vieilles voitures ? ». Elle m’explique que l’arrivée des voitures est récente. De plus, les voitures de plus de 20 ans sont interdites à la circulation. Comme à Cuba, j’ai l’impression, qu’ici non plus, la parole n’est pas libre. Mylène dit, très justement, que les riches ont des voiture, les pauvres, des mobylettes. « Les murs ont des oreilles » nous dit le vieux de la boutique à propos du Vietnam envahi par les Chinois.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous passons ensuite à côté du consulat général de France

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

de Cuba,

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Boutique d’objets destinés au culte

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

un temple,

Dans les bassins, à l’entrée du temple

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

un autre.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Il fait très chaud mais nous sommes comme des pachas sur ces coussins.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Hot dog

Hot dog

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Un peu plus d’une heure sont passées. STOP ! Et holàlà ! La belle arnaque ! Oh les méchants ! Et que je t’augmente les tarifs, et que je te prenne un billet dans ton porte-monnaie, puis un autre et que je t’en rende un autre petit à la place, et que je te sorte d’autres tarifs que ceux que je t’avais monté au début du circuit. Nous avons crié, nous nous sommes énervés, des gens devant l’entrée de leur entreprise regardaient ce qui se passait. Et voilà un conducteur de pousse-pousse qui s’en va, puis le deuxième et le troisième. Laissant le « vieux » soi-disant tout désemparé, du style « Et moi ?  On ne me donne rien ? ».

« On a payé les autres, débrouillez-vous avec eux ! » Fait-il du théâtre, est-ce une stratégie ? On a payé ce qu’ils voulaient, et plus, même, énervement, colère, on laisse là le vieux qui, j’en suis sûre, ira partager, plus loin le butin. Combien, au final avons-nous payé ? Roland dit 100€, ça me paraît exagéré. Saurons-nous jamais ?

Pour nous remettre de nos émotions nous nous arrêtons dans un bistrot où se trouvent des oiseaux en cage. Je prends un thé, Tchitchi du riz, de la viande avec des légumes (herbes et haricots). Je partage avec lui, cela fait longtemps que je n’ai pas mangé ! Puis la patronne nous ramène une excellente soupe, un bouillon avec des courgettes parsemée de coriandre. Le patron revient avec des légumes. Deux guitares dans leur étui sont accrochées au mur. On lui fait signe : « vous ? Jouer ? ». Il met une musique sur l’ordinateur, et s’accompagne à la guitare. Après l’arnaque, ça fait du bien de voir des gens gentils.

Nous repartons et passons devant le lycée Marie-Curie où ont étudié deux personnes de la boutique d’artisanat parlant français. Tchtichi aime entrer dans les écoles. On se fait naturellement jeter. En France, ce serait carrément fermé.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

L’heure du départ du train est arrivée !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

A la gare nous achetons des bananes fraîches, des bananes sèches, des bouteilles d’eau et des biscuits. Un énorme rat court sur le quai.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Très sympa ce voyage en train ! Des bouteilles d’eau sont offertes à chaque voyageur. Le compartiment est joliment décoré, un peu kitch, avec un bouquet de fleurs factices.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Cela nous évite une nuit d’hôtel. Le compartiment est propre. Il y a un cabinet de toilette avec 2 lavabos, des miroirs. Deux sortes de wc et, un réservoir d’eau bouillante pour faire du thé, du café concentré liquide et préparer des soupes instantanées. Toilette rapide dans les wc grâce à la douchette. Et je me change. Propre ! Ça fait du bien !

Dans le train il n’y a que des Vietnamiens, un couple d’Européens et nous. Riche idée que d’avoir apporté ce duvet même s’il y a de jolies couvertures lamées or. Le voyage est long car le train stationne longtemps dans les gares, il n’y a que 600 kilomètres. Nous partons à 19H30 et nous arriverons à 12h. Roland s’est endormi comme une masse. Tchitchi a dormi avec doudoune et couverture, moi, juste en teeshirt. Nous étions tous les deux en haut, lui sentait l’air froid de la clim, pas moi.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Fin de notre première semaine de vacances… !

 

Mardi 27 février

Le long de l’autoroute, dans les champs, et aussi à côté de la plage de Mango Bay, il y avait quelques tombes éparpillées.

 

Mais là, à bord du train, nous longeons un immense cimetière, qui n’en finit pas. Des tombes partout, en désordre.

 

Et des rizières à perte de vue et parfois, la mer, entr’aperçue. De longs rouleaux de vagues, écume blanche. Beaucoup d’oiseaux blancs, comme les garzas cubaines. Tchitchi en a vue une sur le dos d’un buffle, l’autre était couché dans la boue.

Dans le train une dame vend des choses à manger. Elle pousse un chariot sur lequel on trouve du riz, différentes viandes cuites caramélisées (du pigeons, des brochettes), des nems, du choux.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Une halte. De petites marchandes de nourriture se glissent sous le train arrêté à côté de nous.

J’aime le train, on y voit la vie par les vitres. Des paysans bêchent encore à la houe des champs assez grands. Un jardin potager aux légumes bien alignés. Deux vieilles sur une balancelle. Des vêtements qui sèchent, posés sur des cintres, accrochés à une barre, un fil ou après le grillage entourant la maison. Comme au Japon, les Vietnamiens portent des chaussettes avec un pouce, pour enfiler leurs tongs.

Arrivée à la gare de Đà Nẵng, à 30 kilomètre de notre destination finale, Hội An.

Roland aime savoir où il est, besoin d’avoir des repères, grâce au GPS de son téléphone et quand ce n’est pas possible par manque de réseau, il est très ennuyé. Le chauffeur de taxi qui nous emmène, lui, sait où il va.

Publicité : « Larue depuis 1909 », en français. C’est de la bière.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Vieille pompe à essence ?

Vieille pompe à essence ?

Nous longeons la mer. Le paysage est défiguré par de grands hôtels construits ou en construction. Ici, les rues sont propres, les poubelles rassemblées autour des arbres. Cactus.

Le taxi nous a posé devant la maison où nous avons loué deux chambres. Le temps de se reposer, de ranger un peu nos affaires… les copains sont déjà partis.

Roland veut trouver un club de plongée. Nous enfourchons les vélos qui sont dans la cour, et nous partons.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous n’avons qu’un bout de carte, très partielle, donné par le gîte et nous nous perdons. A gauche nous dit-on dans un bar. Roland est persuadé que c’est à droite. Un gars nous montre son téléphone portable et le GPS. Je craignais de pédaler avec tous ces véhicules, motos, vélos, autos, autocar et aussi la chaussée irrégulière : sable, trou, trottoirs en pente, butée. Je laisse passer Roland devant moi. Là aussi, des cerceaux d’une couleur très vive sont posés sur les trottoirs, avec, souvent, un fil doré ou argenté enroulés en zigzag. J’apprends que c’est tout simplement pour signaler un réparateur de vélo.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Le siège du club de plongée fait aussi bar et restaurant. Mais ce n’est plus la saison de la plongée, ici, il n’y a pas de visibilité, ils sont en congés. Nous nous perdons aussi en revenant.

Photographie de mariage ?

Photographie de mariage ?

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous repartons ensuite dîner en ville avec les copains dans le resto où se trouve le siège du club de plongée. Il est tenu par un français. Des femmes, des filles, alcoolisées, enterrent une vie de jeune fille. D’où viennent-elles tous ces femmes qui semblent européennes ? Nous buvons une vodka au caramel. Une jeune fille d’à peine 13 ans fait le tour des restaurants pour vendre des cartes postales pop-up. Très « enjôleuse », elle sait des mots de français. Le patron est très sympa. Il est marié à une Vietnamienne. Il nous conseille comme il l’a fait pour sa mère, d’aller à l’office de tourisme et de demander un guide qui parle français. Nous prévoyons de visiter la ville demain et d’aller à la plage après-demain.

Mercredi 28 février

Je me réveille avant Roland. Je lis, je regarde la tablette, puis je me lave. Les copains dorment ? Je descends « discuter » avec la grand-mère. Nous ne parlons pas la même langue mais je comprends : elle a mal au dos. Elle dort sur une banquette en bois, sans matelas, juste un petit oreiller pour sa tête. C’est un lit traditionnel, rude habitude qu’ont les vieux d’y dormir ! Elle est petite, toute menue et ridée. Souriante. Je comprends qu’elle a soif. Je remplis mon verre qu’elle boit d’une traite.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous prenons notre petit déjeuner sur la terrasse, il n’est pas inclus dans la location des chambres : fruits, fruits secs, biscuits.

Le bassin au fonde la cour

Le bassin au fonde la cour

Nous partons à pied pour trouver un taxi. Hội An pullule de Japonais. A cause des ponts « japonais ? ».

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

En fait, ce ne sont pas des Japonais mais des Coréens qui visitent la ville en troupeau, rangs serrés.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Un gars distribue des prospectus en français pour des visites à vélo de la ville. Nous envoyons un message, pour demain matin. Tourner, virer, des offices de tourisme il y en a plein. Contrairement à ce que nous a dit le mec hier soir, au bar, pas de guide en français. Pour visiter les maisons il faut acheter des tickets d’avance dans les offices de tourisme.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Mylène fait marcher le commerce local, elle achète un sac à main en osier et un chapeau en paille. Tiens, un vélo électrique !

Nous trouvons enfin une guide qui parle français. Petit historique (je ne garantis pas l’exactitude de mes propos, des notes prises au vol et, en vrac) : l’Annam était en guerre avec le sud. L’ancien nom de Hội An était Sa Huỳnhà lors de la première période historique, au 1e et 2e siècle. Le port de commerce a été crée par les Portugais, il subsiste un cimetière où ils sont enterrés. Maintenant, le port principal est à Đà Nẵng car le fleuve, à la hauteur de Hội An se rempli de sable. Les bateaux à voiles ont été remplacés par les bateaux à moteur. Ce sont les Français qui ont fondé Đà Nẵng en 1909. En 1624 Gilles de Rhodes (un missionnaire français d’Avignon), a transcrit le vietnamien en écriture latine. Sa Huỳnhà est devenu Hội Han au 17è siècle et signifie « Union pacifique ». Nous visitons un temple chinois. Chaque communauté chinoise a son propre temple. Nous y voyons des spirales roses

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous entrons dans un temple.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

12 déesses, une par mois. Déesse de la maternité, des études, du travail, de la fortune. Ils ont aussi leur propre vie communautaire : mariage, commerces, ils sont taoïstes. Pour eux, le culte des morts est important. Nous arrivons à la vieille ville, de vieilles maisons de bois. Deux ponts japonais (l’un d’entre eux figure sur le billet de 200 000 đồng). Deux statues de chiens en gardent l’entrée car il a été construit l’année du chien.

Nous y voyons des spirales roses avec, dedans, de petits papiers où sont rédigés des vœux pour la déesse de la mer.

Nous y voyons des spirales roses avec, dedans, de petits papiers où sont rédigés des vœux pour la déesse de la mer.

Nous arrivons à la vieille ville, de vieilles maisons de bois. Deux ponts japonais (l’un d’entre eux figure sur le billet de 200 000 đồng). Deux statues de chiens en gardent l’entrée car il a été construit l’année du chien.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Dans un square l’on voit la statue d’un barbu, c’est un grand ami de Hội An, de Bologne, il a contribué à la faire reconnaître au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

C’est une ville bien conservée car elle n’a pas été bombardée pendant la guerre. Les maisons anciennes qui appartiennent à l’état ont un repère rouge, les autres, avec un repère vert, sont privées. Ces maisons datent du 17e siècle.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

De beaux vieux et de belle vieilles !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Le pont et la pagode ont été restaurés par des Français. Les pagodes sont des lieux pour rendre un culte à Bouddha, les temples sont des lieux de culte aux ancêtres. Une maison a deux yeux (prospérité), elle date de 1780, et c’est la 8e génération qui y habite. Les piliers sont en bois de fer, posés sur du marbre car il y a de très graves inondations dues à l’ouverture des barrages. On enduit le bois d’huile, pour le protéger. Il n’y a jamais eu de morts de personnes, seulement d’animaux. Tout est monté à l’étage le temps que le niveau de l’eau redescende. Le balcon est de style chinois, le toit à quatre pans est japonais, le reste est vietnamien.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

C’est la première fois que je vais chez un tailleur. La dame prend toutes les mesures. Je n’ai jamais autant été inspectée. En long, en large et en travers. Entre les deux épaules. De l’épaule au bras. De l’épaule au cou. De la nuque aux genoux. De la cheville au genou. D’un bout de sein à l’autre. Tours de taille, de cou….. Demain, tout sera prêt. Roland achète un cadre brodé pour ses parents.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Et moi, pour ma mère, une carte pop-up.

Et, informations en vrac : la guide est rémunérée par le comité populaire. Elle a 12 jours de congé par an. La retraite, pour les femmes, est à 50 ans, pour les hommes à 60. Un programme va retarder l’âge de départ qui deviendra 58 pour les femmes et 62 pour les hommes. Il existe des entreprises privées et publiques. L’école est obligatoire de 6 à 10 ans. Le salaire minimum est de 3 millions de đồngs. Le jaune est la couleur de la terre, de l’empereur et de la prospérité. Elle nous recommande d’aller dans un bar tenu par des personnes handicapées.

Il s’agit en fait d’une maison de thé tenue par des personnes sourdes.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Pour communiquer avec eux, des messages déjà écrits et des papiers avec des crayons

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Une zone écologique a été préservée, où pousse du bois de santal. La crémation ne dépend pas de la religion, mais des familles. La saison des pluies est en octobre/novembre. La guide est sympa. Nous lui donnons notre adresse. Et lui proposons d’héberger son fils s’il vient étudier en France.

Devant ou dedans les maisons se trouvent des arbres décorés : ce sont leurs arbres du nouvel an. Comme nous, nous décorons nos sapins de noël. Quand c’est fini, comme nous, ils les jettent.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Les voitures sont neuves mais pas les mobylettes !

Les voitures sont neuves mais pas les mobylettes !

Ce soir, au resto, le chef parle très bien français. Le sous-chef, lui, a appris l’anglais en deux ans, il le parle très bien aussi. Il nous a donné plein de conseil pour la visite d’Huế, notre prochaine étape, dont il est originaire. Il refuse l’argent qu’on lui donne en remerciement. Il préfère un avis favorable sur Trip advisor (Hội An Roastery) !

 

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous assistons ensuite à un spectacle en nocturne : musique et récitants/chants. Nous ne comprenons pas tout. Ils distribuent des petits drapeaux et des panonceaux aux spectateurs.

 

Jeudi 1er mars

Ce matin, avec Mylène, nous partons à pied, au petit marché local acheter de quoi nous restaurer pour le petit déjeuner. Le propriétaire de la maison est en vadrouille dans le coin, à moto. Nous lui demandons où nous pouvons aller. Il nous indique le chemin. Nous ne trouvons pas, nous repartons. Il nous retrouve. Finalement, je monte derrière lui pour un petit tour à moto… J’achète des bananes et une mangue. Lorsque je retrouve Mylène, Il me laisse en chemin, me faisant comprendre qu’il part dans l’autre sens. Nous rentrons à pied à la maison… où il était… et où le taxi nous attend.

Avec une agence, la même que celle où nous avons trouvé la guide qui parle français, nous partons faire une visite sur la rivière Thu Bồn, puis entrons dans l’embouchure qui mène à la mer.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Un immense filet de pêche est suspendu, fixé par des perches.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

De leur bateau, des pêcheurs lancent de petits filets.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Pêche au lamparo ?

Pêche au lamparo ?

Nous apercevons un pont à l’embouchure

Nous apercevons un pont à l’embouchure

Pêche au lamparo ?

Nous apercevons une île située dans l’embouchure. Nous nous dirigeons vers un petit port où des baskets boat attendent les touristes.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous y faisons une très courte balade sur les eaux d’une petite rivière. Ce bateau est stable, pour peu que l’on reste bien assis sur le banc, au milieu. Mylène est avec moi, les garçons sont ensemble. Les gilets de sauvetage semblent neufs. Notre pilote enfile au doigt de Mylène, et du mien, aussi, une bague de feuilles tressées en forme de sauterelle.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

D’autres touristes ont des crabes. Puis il s’approche des palmiers qui poussent les pieds dans l’eau. Pourquoi ? Nous avons l’impression qu’il ne sait pas diriger son embarcation. Mais il attrape de grandes feuilles et commence à les tresser, enfile un cure-dent, pour, finalement, une fois la coiffe terminée, la poser sur le chapeau de Mylène. Cela ressemble aux plumes que les femmes du début du 20e siècle, du temps des années folles, portaient. Et il continue et fabrique une autre coiffe, pour moi. Au passage, nous apercevons des hommes décortiquer ces palmes pour en couvrir leur maison. Puis notre pilote sort un petit bâton où un hameçon est fixé au bout d’un fil de nylon. Avec un truc rose, l’appât, nous sommes sensées pêcher des crabes.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Certains y arrivent, pas nous. Un gars dans un basket boat fait des acrobaties. Debout, il fait jaillir de l’eau de toutes parts. Quand il a fini, il tend sa rame mouillée aux touristes pour qu’ils y collent un billet.

Les rivières, la mer, sont polluées, au Vietnam et tout le monde s’en fout !

Les rivières, la mer, sont polluées, au Vietnam et tout le monde s’en fout !

Vingt minutes après notre départ à bord de ces bateaux-paniers, nous rejoignons une voiture qui nous emmène au resto. Un couple de mecs, des Français très sympas ont payé pour participer à un atelier de cuisine.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

L’agence ne nous l’a pas proposé… Pendant ce temps, nous mangeons. C’est très bon, très frais mais je n’ai pas trop d’appétit. Des coquillages, des nems, de la salade de carottes, papaye verte et soja, du riz, des galettes avec de la viande et du soja, de l’ananas. Constipée, je privilégie les crudités. Je mange la mangue achetée ce matin.

Quand nous revenons au gîte nous discutons avec la famille. La grand-mère a 94 ans et, si elle ne bouge pas de son lit, c’est qu’elle a eu la jambe cassée et qu’elle ne marche plus.

En face de la chambre des copains se trouve un dortoir.

Nous allons à vélo à la plage, sans Roland, qui se repose. Nous les garons sous un hangar, sous la garde d’un... gardien, parking payant !

Nous nous installons sur le sable, à l’abri d’un parasol. Une femme entièrement dissimulée sous une capuche, casquette, lunettes de soleil, masque de visage, k-way, ferme le parasol d’un coup sec. C’est payant ! On décampe et allons à l’ombre de la cabane où elle tient un petit débit de boissons. Mais ce coin de sable est sale. Nous bougeons vers l’ombre d’un parasol en palmes.

Nous observons les évolutions d’un parachute ascensionnel où voltigent des touristes.

L’eau est plus agitée et fraîche qu’à Mango Bay.

Nous rentons en longeant des rizières et des champs de fleurs où se vautrent des buffles noirs. Des Vietnamiens tentent d’alpaguer des touristes pour leur proposer de monter sur le dos des bovidés, photo immanquable ! Nous ne trouvons pas facilement notre chemin, contrairement à l’aller.

Pour une somme modique, la proprio a lavé et plié notre linge. La maison compte une terrasse oùle linge a séché.

Ce soir c’est la galère, nous n’avons pas trouvé de taxi ni à l’aller ni au retour à cause de la fête de la lune qui attire beaucoup de monde. Moi, pressée d’aller chercher ma robe, avec Mylène je marche vite. J’ai le plan, l’adresse, je sais où c’est.

La robe et la veste sont bien pliées dans une housse, elle-même repliée en deux et fermée par une fermeture Eclair®. Je demande si l’on peut me donner du fil de soie brut, l’on me donne deux cocons (ébouillantés, pas de vers vivant dedans).

Nous mangeons dans le même resto, au bord de la rivière mais les deux jeunes de la première fois n’y sont pas.

Ce soir c’est la pleine lune. Et comme chaque soir de pleine lune, c’est la fête des lanternes à Hôi An. Les lumières électriques sont presque toutes éteintes.

 

Vendredi 2 mars

Départ pour Huế. Nous disons au-revoir à tout le monde, le papa, la maman, la mamie et le jeune garçon. Il a 10 ans et une écriture extrêmement appliquée. Et en anglais !

Les leçons sont les mêmes qu’en France : le cycle de l’eau et des déchets, seules diffèrent les illustrations. Un buffle, une benne à ordure qui est un pousse-pousse.
Les leçons sont les mêmes qu’en France : le cycle de l’eau et des déchets, seules diffèrent les illustrations. Un buffle, une benne à ordure qui est un pousse-pousse.

Les leçons sont les mêmes qu’en France : le cycle de l’eau et des déchets, seules diffèrent les illustrations. Un buffle, une benne à ordure qui est un pousse-pousse.

Nous allons à Huế en taxi et nous avons payé un peu plus cher pour qu’il nous arrête à différents endroits touristiques.

Arrêt d’abord à la montagne de marbre où se trouve un temple.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Bien entretenu

Bien entretenu

Offrande auprès du temple

Offrande auprès du temple

Les horaires des prières, je suppose

Les horaires des prières, je suppose

Puis c’est une route de montagne, avec vue sur la mer

Puis c’est une route de montagne, avec vue sur la mer

Au col

Au col

Des bâtiments, comme des bunkers, en ruines

Des bâtiments, comme des bunkers, en ruines

Et, au milieu, une mariée se fait prendre en photo, sa pauvre robe traînant dans la boue, toute souillée

Et, au milieu, une mariée se fait prendre en photo, sa pauvre robe traînant dans la boue, toute souillée

Arrivés de l’autre côté

Arrivés de l’autre côté

Nous buvons un coffé dans un bar, avec des cookies au bord de la lagune.

Puis nous allons à l’hôtel, à côté d’un hôpital.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

En arrivant nous allons casser la croûte dans un bistrot sympa

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

puis nous visitons la citadelle

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

qui date de 1867, toute jeune, donc ! Bảo Đại, l’empereur, a vécu en France dans la misère, sur la côte d’azur. Il est mort en 1997, à Paris.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous entendons des personnes chanter en costumes de scène. Puis nous voyons ce groupe de musiciens. 

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Après la visite de la citadelle, nous sommes allés en face, chez un glacier manger des freeze : glace, chantilly, crème glacée semi-liquide. Bonne, sur le moment mais écœurante au bout d’un moment.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

L’hôtel, vraiment pas cher, n’a pas de fenêtre… Je suis monté voir la terrasse et j’y ai fait sécher du linge. La journée je reste en manche longue, pour me protéger du soleil et le soir je suis en débardeur. La machine intestinale s’est remise en route. Ici, le papier w-c ressemble à du papier crépon.

« La cantine » est simple et bonne !

Nous avons trouvé une agence pour partir demain sur la journée, en bateau, afin de visiter la rivière parfumée. Mais le gars est revenu (nous étions au lit !) pour nous rendre l’argent, il n’a pas trouvé de bateau.

 

Samedi 3 mars

Nous prenons notre petit déjeuner avec des Chiliens. Je ne savais pas que le petit-déjeuner était inclus dans le prix de l’hôtel. Œuf, tomate, concombre, pain, thé ou café.

Depuis le début de notre séjour, nous partons toujours avec, en poche, la carte de visite de l’hôtel et la carte de la ville. Double précaution.

Nous partons à pied, en suivant Roland. C’est la galère pour trouver un bateau qui propose une petite croisière, comme il est recommandé dans le guide du Routard.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Des personnes nous sollicitent, « Venez, venez ! ». Mais il est recommandé de pas y aller, c’est plus ou moins de l’arnaque (pousse-pousse pour mémoire !). Finalement une table, c’est l’agence du gouvernement qui joue les intermédiaires. C’est un bateau familial : le père, la mère et la fille.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

C’est aussi leur maison. La mère prend nos commandes et 17€ par personne pour le repas. Quand nous visiterons, elle ira sur un marché acheter ce dont elle a besoin. Nous ne sommes que nous quatre à bord de ce bateau pour cette petite croisière sur Sông Hương, la rivière parfumée. C’est aussi une boutique ambulante où les touristes, nous, ne résistent pas à l’achat de pacotilles, menus cadeaux à emporter en France. Set de table et une trousse pour Antoine.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous arrivons au tombeau Minh Mng. Pour descendre du bateau, pas de quai mais une talus qui longe un jardin maraîcher. Quand nous avons payé au bureau du bord du fleuve, nous avions compris que tout était inclus : visites, repas… Eh non ! Nous achetons nos billets au guichet. Une guide parlant français fait enfler une polémique et se lever des questions. Nous n’avons aucun document prouvant que nous avons payé cette croisière. Polémique d’autant plus forte qu’avant de sortir du bateau la propriétaire du bateau nous a réclamé 1million 600 đồng ! Je n’arrive pas à savoir si nous avons ce reçu en notre possession, ou non. Que lui avons-nous finalement montré pour qu’elle nous dise que tout est ok ? Le bateau va-t-il nous attendre, ou nous planter là ?! Et pour le repas, nous n’avons jamais payé aussi cher ! Etc etc… ça me gonfle ! Les copains et Roland ne profitent même pas de la beauté de ce site, ils râlent, ronchonnent…

Je suis optimiste ! Tout va bien se passer, j’en suis sûre. Ce lieu est d’un calme, d’une sérénité comme rarement vue ailleurs. Peu de touristes aussi, ce qui y contribue. Je leur ai dit d’arrêter de se plaindre et de jouir de la nature, si belle.

Pour finir, le bateau était présent et à l’heure au rendez-vous et tout bien calculé, ce n’est pas 17€ par personne mais 3,3€ !! Une fois de plus j’avais raison d’être optimiste, c’est une belle balade en bateau. Toutes les craintes sont apaisées. Le repas est excellent. La sieste, par terre, bercés dans le sampan, agréable.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

La fille est infirmière (ou aide-soignante) et travaille à l’hôpital, elle nous montre sa blouse pour nous le faire comprendre.

Nous arrivons au tombeau Minh Mng. Pour descendre du bateau, pas de quai mais une talus qui longe un jardin maraîcher. Quand nous avons payé au bureau du bord du fleuve, nous avions compris que tout était inclus : visites, repas… Eh non ! Nous achetons nos billets au guichet. Une guide parlant français fait enfler une polémique et se lever des questions. Nous n’avons aucun document prouvant que nous avons payé cette croisière. Polémique d’autant plus forte qu’avant de sortir du bateau la propriétaire du bateau nous a réclamé 1million 600 đồng ! Je n’arrive pas à savoir si nous avons ce reçu en notre possession, ou non. Que lui avons-nous finalement montré pour qu’elle nous dise que tout est ok ? Le bateau va-t-il nous attendre, ou nous planter là ?! Et pour le repas, nous n’avons jamais payé aussi cher ! Etc etc… ça me gonfle ! Les copains et Roland ne profitent même pas de la beauté de ce site, ils râlent, ronchonnent…

Je suis optimiste ! Tout va bien se passer, j’en suis sûre. Ce lieu est d’un calme, d’une sérénité comme rarement vue ailleurs. Peu de touristes aussi, ce qui y contribue. Je leur ai dit d’arrêter de se plaindre et de jouir de la nature, si belle.

Pour finir, le bateau était présent et à l’heure au rendez-vous et tout bien calculé, ce n’est pas 17€ par personne mais 3,3€ !! Une fois de plus j’avais raison d’être optimiste, c’est une belle balade en bateau. Toutes les craintes sont apaisées. Le repas est excellent. La sieste, par terre, bercés dans le sampan, agréable.

Des dragueuses raclent le fond de la rivière et crachent une fumée noire !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous rentrons à pied à l’hôtel, pour une petite douche. Roland reste se reposer. Nous repartons tous les trois voir le marché. Tchitchi a besoin d’un sac à dos plus grand. Il fait chaud et humide, dans cette ville, notre peau et nos vêtements sont moites. Même le linge que j’ai mis à sécher sur la terrasse a ce toucher qui ne trompe pas.

Le marché est immense. Tout se vend. Les étals sont serrés comme des sardines. Nous avons, à certains endroits à peine la place de passer. Casseroles rutilantes. Mylène fait sonner le couvercle contre la marmite : « A la soupe ! ». Imperméables en plastique multicolores, à pois, ou unis. Odeurs de crevettes et calamars séchés. Ou d’autres macérant dans un liquide poisseux, épais et sombre d’où émanent des relents de poisson pourri. Teeshirt rangés au cordeau, chemises suspendues sur des cintres, cintres accrochés très haut. Et des sacs, des valises, des cartables. Tchitchi en trouve à la taille qui lui convient. La commerçante voisine, jeune femme, charmante, nous aborde, nous suit, insistante. «  Venez, venez voir, juste pour le plaisir des ziou (yeux) ! ». Au début nous la suivons, puis, un peu plus réticents quand elle sort du marché et dirige ses pas vers un escalier. Où mène-t-il ? Les copains veulent rebrousser chemin. Moi, je me dis que nous ne risquons rien (toujours mon optimisme !). Nous découvrons un deuxième étage. Surtout des vêtements. Elle tient une boutique. Je profite qu’elle parle français pour l’interroger au sujet des enfants, des bébés transportés sur les mobylettes, parents casquées mais eux, non protégés. Et là, bizarre, elle ne comprend plus le français !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Elle nous lâche, nous laisse partir, tranquilles. Sujet tabou. Les copains disent que j’ai parlé fort, voire, même crié et que les Vietnamiens n’aiment pas ça.

Nous redescendons. Rayons de jouets, poupées, camions, jeux de construction. L’alimentaire se mêle au cosmétique. La boîte de Vache qui rit au shampoing. 4€, la boite de fromage ! Tchitchi y renonce.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

En revanche nous achetons 4 clémentines et 4 pommes. Sur le chemin du retour quelques gouttes et voilà les motocyclistes parés de capes de pluie dont certaines, ingénieuses, sont munies, à l’avant, d’une pièce transparente laissent passer la lumière du phare !

C’est marqué sur le guide : nous voulons repérer où se trouve le resto tenu par des sourds. Puis ensuite on téléphonera à Roland pour qu’il nous rejoigne. A gauche, c’est plus court, me dit mon sens de l’orientation mais Mylène a idée de passer par des petites rues, un trajet indirect. Nous avons le temps. Nous passons donc à droite. La rue Phan Đăng Lưu est longue, très longue ! Pas du tout touristique, elle regorge de boutiques. Luminaires. Herboristerie. Magasin d’instruments de musique classiques, un jeune enfant pianote sur un piano droit. Dentiste. Une petite fille, couettes dressées n’hésite pas à venir jouer avec nous, nous tapant dans la main. Au loin, une première intersection, on tourne à gauche et les rues défilent : 4 ; 3 ; 2 ; puis c’est un parc, très grand, que nous longeons. Tchitchi me maudit quand il comprend que nous avons fait le grand tour… « Si au moins c’était intéressant ! Marcher sans but… ». La rue que nous cherchons, la voilà ! Nous sommes au N° 6 et le resto est au N°150. Il est à peine 18h et quelques et nous décidons de manger quelque chose au resto dès notre arrivée, promettant à Tchichi de revenir en taxi, même si l’hôtel est tout près (1 km). Le guide du routard dit de se méfier car deux restos portent presque le même nom. L’un avec des graffitis dans les escaliers, l’autre non. Nous ne saurons jamais si le mec était vraiment sourd… ou s’il est malentendant… car il parle avec des gestes et aussi avec la voix. Je n’en suis pas sûre. 2 bières pour 3. Mylène et moi prenons le même plat, une galette aux artichauts crus et crevettes et du soja. Nous rentrons en taxi. Mylène et Tchitchi viennent dans notre chambre pour organiser la journée de demain : plage, puis car de nuit. Ils ont envie de sortir boire un verre. Moi, je somnole, je n’ai pas envie. Tchitchi a repéré que l’on pouvait voir un spectacle dans un grand hôtel. Pas réservé, dodo !

 

Dimanche 4 mars

Il y a 15 km pour aller à la plage. Elle est immense, déserte. Un groupe de jeunes font un tir à la corde. La mer est fraiche, mais j’ai une sensation de brûlure, comme si une méduse m’avait touché sur tout le corps. On nous en avait parlé. Je ne vois rien sur ma peau. Je ne veux pas rester faire le lézard sous ce soleil brûlant, même et surtout si un léger vent frais nous rafraîchi. C’est trompeur. Aucun arbre, aucun parasol. Pas envie d’attraper des coups de soleil. Je vais d’abord me rincer. Dans le bar/restaurant où le taxi nous a laissé, il y a un bassin avec des bassines avec une queue, comme des casseroles, pour s’asperger. Puis je vais m’assoir auprès d’une table basse. Je commande une petite bouteille d’eau. Lire, écrire à l’ombre. Les copains arrivent pour manger. Ici, il y a un vivier de crabes, de crevettes, de poissons. Nous prenons un crabe cuit « au sel » et du riz. Comme dessert, nous voulons de l’ananas. Il est long à venir. Au bout d’un moment une mobylette arrive. Dans un sac, trois ananas ! Nous avons très bien mangé. Les piliers de ce bar sont en bambous, le toit en tôle. Il y fait frais. Je retourne un peu à la plage, tout habillée. Je ne me baigne pas.

Nous revenons en taxi, nous lui demandons de nous déposer devant l’hôtel puis ensuite à l’agence où nous avons rendez-vous pour prendre le car de nuit. Mais j’étais sûre que le chauffeur n’avait pas compris nos consignes (d’abord l’hôtel, puis l’agence). « Sois pas négative » m’ont dit les copains (c’est souvent ce que je leur répète) Tout va bien se passer. Pas de raison de se méfier des gens, Bon, d’accord nous nous sommes déjà fait arnaqués. Nous avons attrapé la tourista à cause de trucs pas frais. Mais… j’avais raison ! Il ne parle pas assez anglais et a mal compris. Il nous emmène donc directement à l’agence ! Demi-tour, il nous emmène à l’hôtel. Il nous attend, puis il nous emmène à l’agence Tout à coup, Roland s’aperçoit qu’il n’a pas son passeport ! Un mec à moto, qui était là, devant, m’emmène le chercher à l’hôtel où Roland l’avait déposé le premier jour. Au milieu du trajet, le gars s’arrête… devant un hôtel… « Non ! Ce n’est pas ici ! ». Il me met un casque sur la tête. L’amende coûte un million de đồngs ! Bien sympa, cette petite balade ! Mais elle a un coût, car ce n’est pas seulement pour rendre service…

Puis en attendant l’heure du départ du car nous allons boire un coup dans un bar branché qui plairait bien à Hamza.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Le mobilier et la déco sont faits d’objets de récup’, de métal, de bois. Bidons pour les chaises, les spots. Pieds et balustrades en tiges filetées plus ou moins grosses.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Petites remarques : nous ne voyons jamais de policier ni de militaire. Qui met des amendes ? Ils sont pourtant habillés de jaune, repérables. Autre remarque, les enfants sont très rarement en poussette, plus souvent dans les bras ou les vélos, mobylettes. Parfois des mobylettes ou des estancos montés sur des motos passent, haut-parleur claironnant toujours le même ( ?) message. Le conducteur vend ? Répare ? Nettoie ??

La rue vue du bar
La rue vue du bar
La rue vue du bar
La rue vue du bar
La rue vue du bar
La rue vue du bar
La rue vue du bar

La rue vue du bar

Tchitchi va chercher deux bouteilles d’eau pour le voyage… mais l’eau, stockée au soleil, est vraiment chaude… Il y retourne se faire rembourser. En attendant le bus, je vais faire un tour, voir si je ne trouve pas de bouteille. Quand je reviens un minibus chargé de nos affaires est garé. Il nous emmène sur un parking où se trouve un grand bus dans lequel il n‘y a que des couchettes. A l’entrée, distribution de sacs plastiques pour ranger nos chaussures. On peut légèrement varier la position, plus ou moins relevée, du corps. Une envie de pisser me prend ! Arrêt de 20 minutes, ouf ! Il y a une « cantine » une soupe vite prête avec des pâtes de riz, de la coriandre. Délicieuse.

Nous remontons dans le bus.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

L’homme qui contrôle les passagers nous compte. Puis il place les nouveaux arrivants sur les places vides s’arrête devant chaque passager, inspecte, regarde. Que cherche-t-il donc ? Il a le regard sombre, dur. Il est vraiment très bizarre, agressif, je croyais que les Vietnamiens ne criaient pas, lui si ! Très fort, même, quand il vient vers moi ! Je ne comprends pas le mot qu’il dit. Mylène décrypte : « TICKET ! ».

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Je le lui montre. N° 16. Quand nous sommes entrés dans le bus, nous sommes allés directement au fond, sans nous préoccuper des N° ! Je suis au N° 35. Bon, finalement les nouveaux s’installent, le Furieux s’en va. Je suis en haut, pour rien au monde je n’irai en bas. Plutôt voyager debout. Ici, c’est une auberge de la jeunesse ambulante (à part nous, les vieux…). L’homme aux commandes est un dictateur qui allume puis éteint les lumières oranges et bleues ou bien blanches à l’intérieur, sans logique. Il impose à une petite jeune fille de se mettre tout au fond, à côté d’un mec alors qu’il y a de la place, seule, au milieu du car, devant Mylène.

 

Lundi 5 mars

J’ai plus ou moins dormi. Roland était dessous, sur le moteur, il a très mal dormi. Nous arrivons à l’heure à Hà Nội. Nous posons nos bagages à l’hôtel en espérant que les chambres seront mieux que les WC du rez-de-chaussée, très sales !

Nous partons à pied en direction de l’hôtel tenu par le Catalan que nous avaient indiqué les Espagnols vers Cần Thơ.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Mais le patron n’est pas là, une fille nous renseigne. Nous le souhaitons aller dans les montagnes du nord. Mais cela prend trop de temps (2 nuits aller/retour dans un bus, + le séjour sur place). Il faudra revenir au Vietnam pour aller à Đà Lạt, et quitter la région côtière.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous nous arrêtons déjeuner d’une crêpe sur le chemin.Retour à l’hôtel.

Chanteur, il vend ses CD

Chanteur, il vend ses CD

Nous confions notre linge sale (9 kg, quand même !) à la réception. Il s’en va à bord d’une mobylette. Les chambres sont prêtes, encore des chambres sans fenêtre ! D’abord une première chambre, vaste, trois lits, puis une porte et en enfilade, une seconde, un lit, et une salle de bain pour nous 4.

Si peu cher cet hôtel que nous réservons une croisière à bord d’un bateau dans la baie d’Hạ Long, une nuit et deux jours. Nous avons aussi réservé un tour en ville (mais le guide ne parle qu’anglais).

Promenade le soir, à pied (retour en taxi)

 

Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin

Sur le chemin

Puis arrêt dans un bar au bord du lac et nous poursuivons notre balade.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

et nous poursuivons notre balade.

Tchitchi joue au foot !
Tchitchi joue au foot !
Tchitchi joue au foot !
Tchitchi joue au foot !

Tchitchi joue au foot !

dans le grand parc Bảy Mẫu (autrefois parc Lénine) situé dans le quartier des ambassades.  Location de patins à roulettes

buissons animaliers
buissons animaliers
buissons animaliers
buissons animaliers
buissons animaliers
buissons animaliers
buissons animaliers
buissons animaliers
buissons animaliers
buissons animaliers

buissons animaliers

Celui-là a été phtographié à Hô chi Minh le jour de la fête

Celui-là a été phtographié à Hô chi Minh le jour de la fête

Cours collectif de zumba

Cours collectif de zumba

Foot
Foot

Foot

Location de patins à roulettes

Location de patins à roulettes

Boxe

Boxe

 

Nous mangeons dans un resto chic dont les prix sont plus que corrects.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Il est recommandé dans le guide pour sa fondue aux fruits de mer, mais de fondue, point, nous dit la guide de la table d’à côté.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Tchitchi est un peu barbouillé. Mylène a pris du poisson cuit sur un petit réchaud et, comme hier midi (sauf que c’est de la viande que Roland avait pris), Mylène doit rouler le poisson dans une crêpe de riz avec des cacahouètes et des légumes.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Mardi 6 mars

J’ai très bien dormi. Le petit déjeuner était excellent ! Pancakes à la banane nappés de chocolat.

Nous attendons devant l’agence. Un papillon gros comme un moineau volète de ci, de là, autour de nous. Impossible de le photographier !

Départ pour la baie d’Hạ Long. Nous nous y rendons en minibus.

En nous rendant à l'agence

En nous rendant à l'agence

Pause sur la route qui mène à la baie
Pause sur la route qui mène à la baie

Pause sur la route qui mène à la baie

Mardi 6 mars

J’ai très bien dormi. Le petit déjeuner était excellent ! Pancakes à la banane nappés de chocolat.

Nous attendons devant l’agence. Un papillon gros comme un moineau volète de ci, de là, autour de nous. Impossible de le photographier !

Départ pour la baie d’Hạ Long. Nous nous y rendons en minibus.

Lala, la guide ne parle qu’anglais, bien sûr mais laisse le temps aux éventuels traducteurs de m’expliquer. Elle est originaire de la région de Sa Pa ; là-bas, les Chinois enlèvent les jeunes filles pour les vendre. A cause de la politique de l’enfant unique, ils manquent de femmes. Elle est devenue guide dans l’espoir de retrouver sa tante enlevée à l’âge de 16 ans. Elle nous demande de nous présenter à tour de rôle : prénom, pays, passion… Et après chaque présentation, « merci, prénom ». Anouk

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

et Rémi, 11 et 9 ans et leurs parents, Jasmin et Sonia font le tour du monde (voyages-jasmin.blogspot.ca, leur blog est très bien fait !). Les petits Québécois sont super à l’aise. Ils mangent de tout, ils sont fins et pertinents ; Sonia, la maman, quand elle était enfant était volontaire auprès d’enfants sourds de son âge, elle a suivi des cours pour apprendre la langue des signes et elle continue parfois à parler à ses enfants dans cette langue. Sa fille aurait aimé aller dans la même école qu’elle mais ce partenariat avec l’école des enfants sourds n’existe plus. Anouk ira donc à l’école de son quartier.

Un couple d’Allemands, deux sœurs Allemandes ; deux amies Françaises vivant, l’une à Munich, l’autre à Zurich ; un couple de Français vivant à Orléans.

Nous montons dans le bateau.

Brume dans la baie
Brume dans la baie
Brume dans la baie
Brume dans la baie
Brume dans la baie
Brume dans la baie

Brume dans la baie

Mercredi 7 mars 2018

Les gougounes québécoises, les flips flops anglaises et les tongs françaises ne valent rien pour faire du canoë ! Nous descendons de nos embarcations pour traverser une grotte accédant à un lagon au cœur d’une île en forme de pain de sucre.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Mieux vaut des sandales qui tiennent bien aux pieds. Roland n’a pas pu venir avec nous car la position du corps, dans le bateau était plus qu’inconfortable à cause de sa hanche. Quand à Mylène, elle ne se sentait pas en sécurité dans le canoë, instable, elle n’est pas venue avec nous.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous avons pagayé deux heures. Tout le monde était deux par deux, seuls Tchitchi, Lala et moi étions seuls dans nos kayaks.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Très agréable promenade !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Très agréable promenade !

Le soir nous avons pris un cours de cuisine : rouleaux de printemps !

Le soir nous avons pris un cours de cuisine : rouleaux de printemps !

Le soir nous avons pris un cours de cuisine : rouleaux de printemps !

Recette

Recette

Apéro
Apéro

Apéro

Le repas, comme celui de midi était succulent, la présentation, délicate.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Après, nous avons discuté centrale nucléaire et comparé les différents modes de production d’électricité, plus ou moins polluants, à plus ou moins long terme. Il faut dire que le Français travaille dans une centrale nucléaire…

Cette croisière et les personnes qui la composent sont très sympas !

 

Jeudi 8 mars

Ce matin nous visitons une très grande et surtout haute grotte située dans une île inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Puis nous nous rendons dans une autre île, de la même forme que les « mogote » cubains, en pain de sucre.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Au pied, une plage où seuls trois personnes nagent : un monsieur, Tchitchi et moi. Il faut dire qu’elle est fraîche !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous finissons par une photo de groupe.

De retour à Hà Nội nous sommes allés au resto Namasté conseillé par les Québécois. Très bon resto ! Mais Tchitchi, qui a la tourista, ne mange que du riz.

 

Vendredi 9 mars

Ce matin Tchitchi a décidé de faire la diète. Nous sommes tellement satisfaits de l’agence que nous avons décidé de faire un tour de ville avec un guide, en taxi, rien que nous quatre. La ville d’Hà Nội a 1000 ans ! Et beaucoup de vieilles maisons en bois. Les noms des rues sont souvent des noms de métiers, car autrefois, ils étaient regroupés par quartier. Le guide nous emmène dans une fabrique de laque puis au musée ethnologique où l’on peut voir, en plein air des maisons traditionnelles reconstituées, éparpillées dans un parc.

Des enfants s'essaient aux échasses et au tir à la corde dans le parc du musée
Des enfants s'essaient aux échasses et au tir à la corde dans le parc du musée

Des enfants s'essaient aux échasses et au tir à la corde dans le parc du musée

Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !
Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !
Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !
Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !
Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !
Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !
Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !
Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !

Des statues, pour certaines d'entre elles, très explicites !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Tchitchi est malade, il vomit de la bile par la fenêtre du taxi. Nous le ramenons à l’hôtel. Puis nous allons faire du pousse-pousse pendant 45 minutes, sans mauvaise surprise, cette fois.

Toile au-dessus de nos têtes, sur le pousse-pousse
Toile au-dessus de nos têtes, sur le pousse-pousse

Toile au-dessus de nos têtes, sur le pousse-pousse

Nous longeons l’immense fresque en mosaïque sur un mur qui longe un boulevard, c’est une digue qui protège contre les crues du fleuve rouge : Elle fait 4 km de long.

En 2010 la ville a fêté l’anniversaire de sa fondation par l’empereur Lý Thái Tổ. Il était le roi du Đại Cồ Việt, ancien nom du Vietnam. Il a chassé l'envahisseur chinois du pays. Et en 1010, il donna l'ordre de transférer la capitale, Thăng Long, sur l'emplacement actuel de Hà Nội (ce qui signifie « Le dragon prend son envol »). Mais un autre empereur a transféré le siège de la capitale à Huế en 1802. En 1831 la ville est renommée par Tự Đức, l’empereur, « La ville dans la courbe du fleuve ». En 1902 c’est la capitale de l’Indochine, colonie Française. De 1945 à 1954 (date des accords de Genève après la révolution d’août) la capitale de la République Démocratique du Vietnam est transférée à Saïgon (Thành phố Hồ Chí Minh, Hô-Chi-Minh-ville aujourd’hui).

Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse
Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse

Façades de maisons photographiées pendant notre circuit en pousse-pousse

Petits métiers dans la rue
Petits métiers dans la rue
Petits métiers dans la rue
Petits métiers dans la rue
Petits métiers dans la rue
Petits métiers dans la rue
Petits métiers dans la rue

Petits métiers dans la rue

Le guide nous emmène déjeuner dans le petit resto de quartier où Obama s’est un jour arrêté pour manger.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous avons un guide pour nous tous seuls, nous en profitons pour lui poser des questions.Le salaire minimum est de 200$ par mois dans la capitale, ailleurs, il est de 100$. Un appartement de 20 m² coûte 50$/mois et 150 avec une cuisine et une salle de bain. La taxe foncière est fonction de la surface de l’appartement.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Pour la première fois nous avons assisté à un accident de moto. Pas de dégât apparent, ni de blessé. Nous allons au mausolée d’Hô Chi Minh, mais il est fermé l’après-midi.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous visitons la maison de l’ancien dirigeant du Vietnam et le parc. 

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Avant d’y entrer, comme à l’aéroport, nos sacs sont passés au scanner... mais le gardien et la gardienne, en grande discussion, n’ont absolument pas regardé l’écran ! Dans ce parc se trouve la plus petite pagode, avec un seul pilier central. Quand Mylène en redescend, elle se fait incendier par une femme qui lui reproche d’y être entrée en short et teeshirt manches courtes, indécente, mais elle incendie encore plus notre guide qui aurait dû interdire à Mylène d’y monter.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Dans l’étang du parc du temple de la littérature nous voyons des waterlili, des nénuphars. Je suis déçue, je croyais qu’il y aurait des livres à voir, voire à lire. C’est en fait la première université (1076) dédié à Confucius où des dragons en forme de tortues portent des stèles en mémoire des maîtres qui enseignaient la littérature. Nous pouvons aussi voir des sortes de tampons géants, en pierre, qui servaient à imprimer des pages, écrits en ... chinois ! Seuls les nobles y avaient accès, puis, plus tard, tous les hommes, sauf les veufs (et quelques autres restrictions dont les femmes !).

 

Nous assistons à un deuxième accident, mais cette fois, l’homme ne se relève pas, il reste couché sur la bitume, bras en croix.

Nous nous rendons ensuite dans une prison. Hỏa Lò, construite du temps de la colonisation par les Français quand ils occupaient l’Indochine. Ils y incarcéraient les révolutionnaires, au départ, puis les prisonniers de droit commun et enfin les aviateurs américains de 1964 à 1973. Une partie a été détruite, ce qui reste, est devenu un musée.

La ville est traversée par une étroite voie ferrée construite par les Français, à l’abandon.

 

Samedi 10 mars

Le réceptionniste de l’hôtel est bien mignon et ce matin il m’a charrié car avant-hier j’avais demandé un pancake à la banane et au caramel et ce matin j’ai voulu des œufs au plat avec des toasts. Trois fois de suite, d’un air malicieux, il m’a répété « pancakes ?! ».
Devant l’hôtel, des marchandes de fleurs. Leur grand nombre s’explique non par le fait que les Vietnamiens sont des hommes très attentionnés et les femmes des amoureuses éperdues mais parce que l’on honore ainsi les ancêtres dans les temples et les pagodes.
Nous avons réservé une troisième sortie avec l’agence : la pagode parfumée. Mais finalement le guide nous dit qu’il va y avoir vraiment beaucoup de monde, il nous propose d’aller à Ninh Bình, autrement dit ce que, dans le guide, l’on appelle la baie d’Hạ Long terrestre.
Nous faisons une pause dans une cafétéria en bord de route, dans laquelle se trouve une entreprise de broderie où travaillent des personnes sourdes, à nouveau un régal pour moi de parler en langue des signes ! Le mot travail est le même en langue des signes vietnamienne.

Nous nous rendons ensuite dans un restaurant… non pas pour manger mais pour emprunter des vélos.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Jolie promenade puisqu’elle nous conduit à un embarcadère. Nous montons sur de petites barques.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

La nôtre, celle des filles est pilotée par une vieille femme qui, de temps en temps utilise ses pieds pour ramer.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Je m’essaie à pagayer en tenant les rames… avec les mains.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
De jolies limaces roses
De jolies limaces roses
De jolies limaces roses
De jolies limaces roses

De jolies limaces roses

La rivière entre dans une grotte, puis dans une autre.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Ça résonne, Mylène et moi nous amusons à chanter « Maman les p’tits bateaux » à tue-tête dans les grottes.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Après ces deux grottes, nommées Tam Cốc, la rivière fait un cul de sac. Les pilotes déballent leurs petites marchandises, sorties d’un seau. Bateaux miniatures, pochettes, tortues articulées… Le temps est agréable, il fait soleil et le vent qui souffle est frais. Des papayers aux fruits encore verts poussent au bord du chemin.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
A Bich Dông nous visitons une pagode troglodyte.
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
C'est juste une question d'orthographe !
C'est juste une question d'orthographe !

C'est juste une question d'orthographe !

A vélo nous passons sur une digue entre deux rizières.
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
C’est très difficile car elle est creusé d’ornières profondes dans de la boue séchée, craquelée, où l’on voit encore les traces de pattes de buffle qui s’y sont enfoncées

C’est très difficile car elle est creusé d’ornières profondes dans de la boue séchée, craquelée, où l’on voit encore les traces de pattes de buffle qui s’y sont enfoncées

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Nous reprenons la voiture et nous nous rendons dans un restaurant au bord de la route. Nous avons faim et mangeons d’excellents nems. D’autres plats sont posés sur la table. Porc, poulet, épinards, riz, ainsi qu’une soupe qui se mange avec du riz soufflé.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Cette soupe, Tchitchi l’adore ! Nous nous faisons nous-mêmes des nems avec une feuille de riz, des feuilles de menthe que l’on roule et que l’on trempe dans une sauce aux cacahouètes. Comme la patronne a vu que nous avions vite mangé les nems, elle propose de nous en ramener. Mais nous n’avons plus faim. Une maman perce elle-même l’oreille de sa petite fille, à vif, qui, bien sûr, hurle à plein poumons, mais ne se débat pas du tout. J’ai mal pour elle ! Puis nous nous rendons à Hoa Lu, l’ancienne capitale de Ninh Bình sous la dynastie des Đinh (968-1009) pour la mettre à distance de la Chine.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Les trois étapes de la dessiccation des bananes en plein soleil au bord de la route longeant un cours d'eau
Les trois étapes de la dessiccation des bananes en plein soleil au bord de la route longeant un cours d'eau
Les trois étapes de la dessiccation des bananes en plein soleil au bord de la route longeant un cours d'eau
Les trois étapes de la dessiccation des bananes en plein soleil au bord de la route longeant un cours d'eau
Les trois étapes de la dessiccation des bananes en plein soleil au bord de la route longeant un cours d'eau

Les trois étapes de la dessiccation des bananes en plein soleil au bord de la route longeant un cours d'eau

Au retour nous observons, sur la grande route des palaces construits par de richissimes Vietnamiens. Par ailleurs, et rien à voir avec ce qui précède, nous apprenons qu’un fonctionnaire, s’il est communiste aura un meilleur déroulé de carrière. Sur la voie rapide, les camions conduisent à gauche.
Mylène et moi délirons à propos de mains du chauffeur (heureusement qu’il ne comprend pas le français !), qu’il a blanches (et douces?) aux ongles longs et soignés.
Quand nous sommes piétons, j’ai remarqué que si les voitures ne nous laissent jamais passer, et les motos, ne s’arrêtent pas non plus, elles zigzaguent entre les piétons, et les voitures. Il faut donc toujours avancer, d’un pas ferme et décidé, ne surtout jamais reculer quand on a commencé à avancer.
Le soir nous allons voir le spectacle de marionnettes sur l’eau.
Les marionnettes peuvent aussi s'acheter en magasin

Les marionnettes peuvent aussi s'acheter en magasin

Quelle poésie ! Quel humour ! Un soliste joue d’un étrange instrument de musique à corde, avec une tige qui modifie le son, le faisant vibrer, le đàn bầu.
Nous avons tellement mangé à midi, que ce soir, à 20h30 je n’ai absolument pas faim. Un peu écœurée. Nous entrons dans un resto qui donne sur une petite rue. Dans cet immeuble il y a un resto à chaque étage. Les salles sont traversantes, d’un côté elles donnent sur la petite rue et de l’autre sur le lac. Celui du rez-de-chaussée fait des raviolis à la vapeur, complet. L’on nous dirige vers celui du 4è. Super classe, super menu, des vins français, chers. Avec Mylène nous nous contentons de lotus et d’un autre fruit, inconnu. La serveuse apporte les brochettes pour Tchitchi et Roland en même temps que notre dessert. Perrier au citron pour trois, vin pour Roland. Mmmh ! Les graines de lotus ont un léger goût de châtaigne et l’autre fruit, des longanes, a un peu la texture du litchi. Nous descendons pas l’escalier car l’ascenseur est bizarre, il ne descend pas tout en bas.

Super ! La rue est rendue aux piétons, ce soir ! Plus de moto. Ah ! Des voitures… d’enfants, électriques et même un tank miniature. De la musique, les gens dansent, j’ai, moi aussi, envie de danser ! Mais ils dansent en couple. Ni Tchitchi, ni Roland ne veulent, pas plus que Mylène. Une Vietnamienne est seule, elle accepte mon invitation. Je danse … comme un pied elle me guide. Puis la musique change, c’est plus facile, on peut danser seul. Je m’amuse comme une petite folle, c’est génial. Nous avançons, un autre cercle, c’est du tango. Je pense à une copine, Michèle, passionnée de milonga. Les couples dansent vraiment bien.

 
Dimanche 11 mars
Du bruit, de la lumière, je n’ai pas entendu le réveil. Les sacs sont prêts. Le thé est servi. Le taxi arrive. A une petite vendeuse nous achetons brioches et bananes.
L’aéroport, enfin une boîte à lettres pour Tchtichi ! Je fini mon livre.
Je n’ai pas été piquée par les moustiques pendant tout le séjour, et voilà que ça me gratte dans l’avion. Je regarde trois films : Le fantôme d’Ismaël, Abdul et la reine et le biopic de celui qui a imaginé l’histoire de Winnie l’ourson.
Pajolst, spassiba, tchaï. Nous sommes à Moscou pour une escale de 20 heures
Pajolst, spassiba, tchaï. Nous sommes à Moscou pour une escale de 20 heures
Pajolst, spassiba, tchaï. Nous sommes à Moscou pour une escale de 20 heures

Pajolst, spassiba, tchaï. Nous sommes à Moscou pour une escale de 20 heures

J’ai prévu du rechange et ma trousse de toilette. L’hôtel « capsule » n’en a que le nom car ce sont deux vraies chambres avec de vrais lits et une douche qui nous accueillent. Le tarif est à l’heure et le nombre d’heures est limité à 6. Notre nuit nous aura coûté 80€ ! L’équivalent de 15 nuits d’hôtel à Hà Nội !

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

L’hôtel « capsule » n’en a que le nom car ce sont deux vraies chambres avec de vrais lits et une douche qui nous accueillent. Le tarif est à l’heure et le nombre d’heures est limité à 6. Il existe en revanche un ensemble de « capsules » dans un box situé dans le hall de l’aéroport où l’on peut dormir, sorte de sarcophage que l’on ferme à l’aide d’un volet.

Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018
Journal de voyage au Vietnam du 17 février au 11 mars 2018

Une Péruvienne qui va à Saint-Germain-au-Mont-D’or me raconte ses misères. Elle a perdu (dans l’avion ? Pourtant elle a bien cherché) un permis américain, lui permettant de conduire à New-York, où, si j’ai bien compris, elle travaille.

J’ai entendu, de la bouche de Tchitchi une très belle expression : « il est né un jour d’orage », ce qui signifie qu’il n’est pas rapide…
Excellent petit déjeuner ! Le pain aux raisins était délicieux ! Ma mamie appelait ça un pain «à la russe ». Hier soir et ce matin… il neige ! Sur le drapeau de l’Aeroflot flotte toujours la faucille et le marteau.
Le petit avion n’est pas plein, les vacances sont finies. Nous voici arrivés à Saint-Exupéry. La voiture… ne veut pas démarrer ! Dans la voiture un bruit insistant de pic vert fou me vrille les nerfs et rien ne peut l’arrêter !
Nous téléphonons aux enfants, aux parents, pour passer le temps en attendant le dépanneur qui finit par arriver. La voiture a eu très froid. Elle redémarre enfin !
 
En guise de conclusion :
Nous avons employé une multitude de modes de transport pendant ce voyage !
 

4 avions (Lyon-Hô Chi Minh ; ligne intérieure ; Hà Nội-Moscou ; Moscou-Lyon)

Un train et un car de nuit.

Plus de dix taxis différents 

Des bus et minibus de tourisme (visite « casserole » d’ Hô Chi Minh ; et pour nous rendre dans la baie d’ Hạ Long)

Des pousse-pousseHô Chi Minh et Hà Nội)

Des vélosHội An et dans la région de Ninh Bình)

De la motoHội An et Huê)

Et toutes sortes de bateaux (Visite « casserole » d’Hô Chi Minh : deux gros à moteur, un tout petit à rame dans d’étroit canaux ; un petit bateau à rames sur les marchés flottants ; un ferry pour nous rendre sur l’île de Phú Quốc ; le bateau de plongée ; un bateau à moteur pour touristes ; un basket boat, petit bateau rond ; un bateau sur la rizière parfumée ; un bateau de croisière sur la baie d’Hạ Long ; un kayak ; une petite barque à rames dans la région de Ninh Bình).

Soit au total plus de 35 moyens de transport différents !

 

Quelques mots de vietnamien :

Noms de lieu : Hạ Long, Hà Nội, Mũi Né, Ninh Bình, Cần Thơ, Đà Nẵng, Hội An, Phong Điền, Phú Quốc, Huế, Tam Cốc

Des noms propres : Đinh (dynastie) et Tự Đức (empeureur)

Et des mots lus ou entendus souvent : đồng (monnai), Thanh long (pitaya fruit du dragon), tía tô (prérilla (herbe), xin cảm ơn (Merci), lá lốt (l’une des feuilles que l’on mange), rau mùi (Coriandre), đá cầu (jeu de Plumfoot)

 

 Un beau scooter coûte 200$. Une voiture coûte 13 000$.
 Un beau scooter coûte 200$. Une voiture coûte 13 000$.
 Un beau scooter coûte 200$. Une voiture coûte 13 000$.
 Un beau scooter coûte 200$. Une voiture coûte 13 000$.
 Un beau scooter coûte 200$. Une voiture coûte 13 000$.
 Un beau scooter coûte 200$. Une voiture coûte 13 000$.
 Un beau scooter coûte 200$. Une voiture coûte 13 000$.

Un beau scooter coûte 200$. Une voiture coûte 13 000$.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Journaux de voyages

Repost0

Publié le 17 Août 2018

J'ai mis ma cape et je suis partie avec mon âme généreuse et fraternelle. J'ai fait quelques pas de danse, intense effort. Sur mon visage, un sourire sage. A gauche, adossé à un arbre, un arabe qui portait la barbe se frotte les yeux. La distance ne me permettait pas de voir l'intensité et la densité de son regard. Il était sourd et parlait par gestes avec Kiki, son gorille. Une femme monta les marches à mes côtés, il resta en bas, dans la rue, avec la vigie qui tenait la barre. 

Nous sommes en France et nous somme tous à égalité et la vie est plus chouette ainsi, quelque soit notre âge, tous les Je, tous les Nous. Tous à genoux devant la beauté des choses. Que rien ne s'arrête, que les Arabes, les Français et tous les étrangers vivent en paix, que les prisons, que les bâtons et la guerre soient abolis, descendu en flamme dans les plains et les montagnes.   

J'ai mis ma cape

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0

Publié le 15 Août 2018

La plus belle victoire c'est de se lever le matin, vivant, même si on devient vieux. On essaye de devenir la vedette de la journée et surtout de ne pas être la vipère. Se mettre en valeur d'une manière simple. Après une une bonne nuit le réveil est agréable. Je suis vivant. Que vais-je faire aujourd'hui?  Je vais aller en ville à pied. La vie continue, que c'est agréable de voir le ciel bleu et un coin de soleil, il faut positiver. 

La plus belle victoire

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 7 Août 2018

Aïcha

Pierrot faisait de l’Art pour passer les temps, surtout quand il s’est embrouillé avec Pierret. Un jour Pierrette rentre à la maison. Elle a une idée en tête, mais appréhende la réaction de son mari.

Elle décide de partir un week-end faire de l’Arc. Mais Pierrot ne veut pas partir en week-end, surtout passer des heures dans un car.

Pierrot n’a pas avalé la dispute avec Pierrette, la regarde dans les yeux, soupire et lui dit prenons notre temps.

Pierrette baisse la tête, les larmes montent, elle ne le montre pas à son mari et décide d’aller prendre l’air, toute seule loin des disputes.    

Bain de couleurs

Ludovic

Cherchez bien et vous trouverez dans quelques tableaux la solution.

L’arc en ciel est un arc de couleurs.

Les couleurs de l’arc en ciel peuvent faire penser aux couleurs du cœur, ce qui rend heureux partout où on se trouve dans la rue et dans la cour.  

Bain de couleurs

Vincent

Dans cette vie rapide et multiple qui nous bouscule vivait un maître dans la vallée épargnée par la folie du temps. Du haut de son âge avancé, il contemplait la nature, elles-mêmes figée dans la pupille de ses yeux. Pendant ce temps les poissons naviguaient sans horizon. Un âne au regard mesquin se prélassait dans la prairie. Les œufs dans les nids écloraient sous un soleil de plomb mêlant ainsi le cours de la vie à un souvenir éphémère.   

Bain de couleurs

Martine

Tout cela s’enchaîna rigoureusement et subtilement mais on s’y retrouve toujours.

Le coq, très logiquement picore des graines dans le corridor où poussent quelques fleurs aux couleurs subtiles.

Ma sœur au cœur pur et rigoureux est un ange à un âge où les songes s’enchaînent jusqu’à devenir réalité. C’est elle qui d’un commun accord dirige le coq et se basse-cour vers ce corridor en forme de corne d’abondance. Demain elle récoltera les œufs de ces volatiles, ces oiseaux multicolores et généreux.

Didier

Si l’on accepte tout, on est perdu. On doit savoir peser ses capacités.

Une ferveur dans le village était importante car des noces étaient annoncées entre le fils du tanneur et sa cousine. Le village était rempli de drapeaux en forme de triangles de toutes les couleurs (verts et jaunes). Certaines personnes se sont rassemblées debout et assises sur de luxueux coussins, mais  ceci ne sont pas mes valeurs  alors je suis parti et ne restais pas à la cérémonie.

Frédéric

Des ombres d’hommes grouillent autour de nous : nous étions à la pêche avec un ami clerc de notaire. Nous prenions beaucoup de poissons à écailles et on passait un bon moment de détente. D’un coup des hommes se mettent en cercle autour de nous et nous disent : « Ecoutez, nous somme en mission. Ecartez-vous les uns des autres. » L’homme demanda mes clefs de voiture. Je pris la décision de lui dire d’élaborer un autre plan, ma voiture n’est pas à votre disposition.

Myriam

Dans cette vie rapide et multiple qui nous bouscule Sabine, un petit papillon des sables gambadait sur le lit de Louise, une petite fille âgée de neuf ans était avec son papi en train de regarder la télé devant son feuilleton favori. Elle fut  prise par une envie fulgurante de sortir. Cette envie de sortir fut une évidence car Louise eût la surprise de découvrir un magnifique sablier en or devant sa porte.

Rachid

Texte 1 Tout cela s’enchaîne rigoureusement et subtilement mais on y retrouve toujours les sons, le rythme et les paroles, se retrouvent en harmonie pour faire une seule pièce artistique qu’on appelle communément création artistique au sens large du terme.

Texte 2 Nous sommes allés visiter un cimetière tard le soir, des ombres d’hommes grouillent autour de nous, sans êtres visibles, des âmes qui sont là sans être là, pas de parole, ils nous voient, ils nous regardent, mais ils ne peuvent pas partir avec nous ; le silence est là, et quand il est présent, il empêche ces ombres de partir, ce silence est toujours là pour eux, pas encore pour nous.

Amar

L’artiste couleur jaune clair prend la mer poursuivi par le dévoreur de douleur, il arrive près de la dune en demi-cercle, remplie de celine avec un ours chialeur.

Quentin

C’était un jour une personne qui partait sur une planète. Il a atterrit  sur terre. Il a marché pendant 6 jours, puis il a trouvé un trésor avec 19 coffres remplis de diamants. Des robots sont arrivés. Ils les ont emmenés dans leur base. Et cette personne s’appelle Pitter. Il avait 20 ans.

Maxime

Un tourbillon de vent entraîne un ange à travers la montagne de sable avec une vitesse folle et tangue, elle se prend la tente sur la tête et elle trouve ça chouette et une chouette se prend une couette.

Un bénéficiaire

On a compris la beauté des objets en eux-mêmes et le mystère qu’elle dégage. On pourrait se demander si ces objets ne seraient pas d’origine extra-terrestre. Ce signe le fait penser à une balise de détresse.

Un autre bénéficiaire

Les artistes du moyen âge ont réalisé des œuvres instructives : il n’y avait pas la télévision. Ils habitaient dans un immense château en haut d’une montagne. Pour se déplacer, chercher du matériel pour leurs inventions, ils prenaient leur troupeau d’ânes. Mais parfois ils étaient contraints de traverser la rivière à la nage. Une fois de retour au royaume pour le dîner ils partageaient leurs grandes ouvertures avec leurs chats.

Un bénéficiaire

Tout cela s’enchaîne rigoureusement et subtilement mais on s’y retrouve toujours. Un beau matin le soleil se leva, le bruit des mouettes, des oiseaux font plaisir, petit moment de détente.

Un bénéficiaire

Des ombres d’hommes grouillent autour de nous, un chat croisé lion avec une carapace de tortue et une vision à travers le temps. Beaucoup de pouvoirs. Une barbe magique. Il arriva et se mit à crier Dog Fu puis tout le monde s’accroupit et cria Dog Fu.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Repost0

Publié le 4 Août 2018

Pierre qui roule n'amasse pas mousse. C'est un bon proverbe qui intervient souvent dans notre vie.

Fumer comme un pompier, ils ne fument pas tous, les pompiers.

Pas vu, pas pris, un encouragement aux voleurs.

Sois belle et tais-toi, on le dit souvent à tort aux femmes.

Pas vu, pas pris, un encouragement à la tromperie.

Chanter comme un tournesol. Tournesol, drôle de fleur à l'huile?

Pleurer comme un bigorneau, qui fait pleurer cet oiseau ?

Les femmes sont belles et se taisent rarement. 

 

Proverbes

Pierre qui roule,

vole comme un papillon. 

La femme est amour

Avenir de l'homme

Fontaine

Vois la vie en rose

La fleur est belle

Embrasse la vie

Comme du bon pain

Proverbes

Nous avons visité un appartement, Il y avait une jolie fenêtre sur cour, un bel extérieur avec un joli jardin et des parterres de fleurs. Sur le côté se trouvaient de magnifiques roses de toutes les couleurs. On aurait dit un arc en ciel.

Le propriétaire avait l'air sympathique mais les apparences sont parfois trompeuses. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs, réfléchissons avant d'agir. Le loyer est un peu élevé, alors ne pétons pas plus haut que notre cul et voyons l'aspect financier. 

et à la manière de Queneau:

Nous avons zyeuté un squat. Y avait 1 geolie fenaitre sur court. Y avait un beaux parresterres de fleures. Su le côté on voyait de magnific roses. On aurrai di un arque en ciel. Ne maitons pas la charue avant les beuw. Reflechisson avant d'ageir.

Proverbes

Il vaut mieux être con que contaminé

Il vaut mieux marcher dans la merde que tomber dans la merde

Il vaut mieux avoir une bâche, qu'une vache

Il vaut mieux chier que de faire chier

Les mouches à merde sont en chaleur car elles ont peur du tracteur au coeur du couvent des soeurs, là où est caché le diable.

 

Dormir sur la lune endormie

Il faut souffrir pour être belle

L'argent ne fait pas le bonheur

L'argent ne tombe pas du ciel

Pas de fumée sans feu

L'habit ne fait pas le moine

Mieux vaut tard que jamais

 

Une famille bien parisienne.

L'hiver arrive après l'automne. La famille parisienne a fêté l'anniversaire d'un de leurs enfants. Les parents ont invité les grands-parents, les neveux, nièces sont venus qui ont invité le cousin et la cousine; qui eux ne sont jamais contents.

A la manière de Queneau

Un1 famile bie1 parisiaine.
L'hiverre ariv après l'autonne, la famill parisiaine on fétés l'aniverzaire d'1 de leu enfans, lés parens on invitai lés géants parens, les neveuts, nieisse (ou nièccces?), son venui qi invitèzent le zinzin et la zinzine; qi eui sons jamé contenz.

Ibrahim et Kathia 

Proverbes

Lors d'un spectacle, une personne au nom de Marie se présente devant le public en folie. C'est une fille plutôt simple qui n'avait pas beaucoup d'argent. Elle avait beaucoup de problèmes pour montrer sa voix, elle perdait ses moyens quand elle montait en scène, mais elle savait que l'argent ne faisait pas le bonheur.

A la manière de Queneau

L'or dun spektable, 1 perçonne o non de Mari çe precente 2vent 1 publiq an foli. C 1 Fylle plutaut cq n'avè pa bocoup dargen. L'avè bocou 2 problaim pour montrai ça voy. l pèredè c moiens pour montrè sûr seine, mès alle savèt que largent ne fesai pas lbonheur.

Myriam

Proverbes

Au spectacle

Une personne mariée se présente devant un public en folie. C'est une fille qui n'avait pas beaucoup d'argent. Comme elle avait pas d'argent elle avait des problème, elle avait peur de monter sur Seine.

A la manière de Queneau

L'heur du l'ors6 du spccatle

Ills v aavaist desse prrobblleimess uune ppersssones puubllicss d'sarargaantts a ppeurr dede montter sur sceneess

Quentin 

Proverbes

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0