Publié le 22 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Derrar

Lorsque j'arrive au travail je vais dans le vestiaire pour me mettre en tenue (tablier, charlotte, gants). Une fois en tenue de travail, je pars pointer mon arrivée dans le service. Comme je suis dans la restauration, je me lave les mains minutieusement avant d'aller voir le planning pour voir quel poste je dois occuper (caisse, cuisine, drive, nettoyage).

Une fois que je sais ce que je dois faire je rejoins le poste et je commence ma journée.

Employé en restauration rapide

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 21 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Yves

Le geste que je préfère dans ce métier c'est de monter à cheval.

Les objets les plus primordiaux sont la selle et la bride.

La première chose en arrivant au travail est de me changer

Une journée de travail se déroule comme suit :

En premier on fait les box des chevaux (nouvelle paille...) de 6h à 7h, ensuite on monte quatre à cinq chevaux durant la matinée à compter de 3/4 d'heure par cheval.

Ensuite, direction le sauna pour perdre les quelques grammes qu'il nous reste à perdre pour ensuite se diriger vers un champs de course et là, on monte une ou plusieurs courses dans la réunion. Une réunion est une journée de courses sur un certain hippodrome.

La première fois que je suis monté à cheval, je me suis senti libre, même si je ne savais pas monter.

Ce qui me surprend dans ce métier est de voir la méchanceté de certaines personnes dans ce domaine, contre les chevaux.

Le plus ennuyant dans ce travail ce sont les box.

Le plus enthousiasmant dans cette discipline est d'amener un cheval dont on s'occupe souvent et de le mener à donner sa meilleure performance en course (décontraction, entraînement spécifique...).

Ce que je fais au travail et que les autres ne font pas c'est de commencer le dressage à terre. ex : quand je demande l'antérieur droit, je ne me plis pas au cheval qui donne la gauche assez souvent. Il teste, ce qui m'amène à être davantage respecté par les chevaux que les autres, c'est ce qui fait la différence entre un jockey et un cavalier

Jockey

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 20 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Marie-Ange

Ce qui m'a le plus surpris dans mon travail et que je n'oublierai jamais !

LA MORT !

Je travaillais en milieu hospitalier, cela ne faisait pas très longtemps que je travaillais. Nous avions fini de passer les repas de midi et nous allions partir pour faire les couchers pour la sieste car les personnes âgées se lèvent tôt, donc les journées sont longues !

Nous sommes arrivés dans la chambre du patient qui lui, était déjà classé "fin de vie", donc sous morphine.

Avec la collègue nous allons commencer la toilette et là, j'ai vu le patient trembler et prendre une grande inspiration. J'ai eu peur et la collègue est partie chercher le médecin et en l'attendant je suis restée figée et seule !

Le patient ne respirait plus et le docteur a annoncé la mort clinique !

Du coup, nous devions faire la toilette mortuaire et ce que je ne savais pas c'est que un corps commence à devenir dur au bout de 30 mn. Un corps se vide aussi ! Et là, nous l'avons préparé pour la présentation à la famille ! C'est juste impressionnant de toucher un corps.

Et là, on doit vider tout ce qu'on a vu et le mieux, c'est les courses de fauteuils roulants ou les batailles de Bétadine !

"Cercueils" exposés au Musée d'art contemporain de Lyon

"Cercueils" exposés au Musée d'art contemporain de Lyon

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 19 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Bekhelifa

Tâches de l'inspecteur de police (administration) en Algérie

La journée commence à 08h par la lecture du rapport de l'officier de permanence de nuit ainsi que les fax; les télégrammes venant de la hiérarchie.

- Faire suivre chaque affaire sur les événements (en 24 heures)

- Mettre en place les dispositifs nécessaires pour l'exécution de chaque tâche

- Prendre contact avec les autres chefs de bureau pour coordonner les actions et mesures à mettre en place.

- Recevoir les intervenants extérieurs et faire le point sur l'avancement des travaux

- Signer les rapports ainsi que les demandes d'approvisionnement en matériel.

Inspecteur de police

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 18 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Jean

C'est une très belle région de la France dans le monde où je suis du nord au midi égorgé par mes compagnons camerounais le jour de mon mariage.

Belle région

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 18 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Emilie

Ils ne les remarquent jamais. Je les observe du coin de l’œil, les clients qui passent la porte de l'hôtel. Ils sont souvent en groupe, parfois seuls, ces riches hommes d'affaire, toujours en costume, et jamais souriants.

Ils sont toujours sur la route, jamais nulle part chez eux. Ce sont des requins de la finance, des avocats, des chefs d'entreprise et leur armée de commerciaux, et ils n'ont jamais, jamais, un regard pour elles.

Ils se fondent dans la lumière tamisée du grand hall, ils cadrent parfaitement avec le décor luxueux, Bach en fond sonore, et les accessoires de luxe dans les vitrines complètent le tableau.

Dans leur suite, une bouteille d'eau d'Evian fraîche les attend, mais c'est le mini-bar qu'ils vont vider.

Ils ne se rendent pas compte que derrière ce luxe et ce calme se cache une armée de petites mains qui a passé la journée à courir après la perfection.

Elles ont rangé, dépoussiéré, aspiré, poussé des chariots plus lourds qu'elles. Elles ont couru, transpiré, n'ont même pas eu le temps de manger. Elles ont porté des kilos de linge, ont mis les mains dans la merde, ont respiré de l'amiante toute la journée, et on les remercie comment ? En posant 20 centimes sur le coin de la table basse.

Apparences, tout n'est qu'apparences. Ah, elle est belle la vue du 39è étage? Allez donc faire un au au -2.

Femme de chambre

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 17 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Patricia

Le métier d'aide à la personne âgée est un métier qu'on croit facile et que tout le monde peut faire.

Je dis non ! Ce n'est pas le cas. Il faut aimer le public chez qui on va.

Il faut être sociable et humaine, savoir travailler en équipe (infirmière, kiné, médecin, etc...)

Savoir mettre un peu de bonne humeur dans une maison où les personnes n'attendent que vous.

Le retard pour eux n'existe plus. Etre à l'heure ou même en avance n'est que bénéfique dans leur journée de solitude.

Voilà, il ne s'agit que de l'entretien de la maison, mais aussi de la personne. Le dialogue et le sourire fait deux fois plus de bien.

Donc, non ce n'est pas donné à tout le monde de faire ce métier et très peu de personnes restent à long terme.

C'est un métier qu'il faut faire avec passion si on veut que tout se passe bien. Et aussi savoir se préserver des personnes qui finissent leur vie.

Aide à la personne âgée

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 16 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Yves

Lorsqu'il arrive au travail, la première chose, saluer ses collègues qu'il croise tout en se dirigeant vers les bureaux pour récupérer le planning du jour, sachant qu'il y a jeté un coup d’œil le soir avant de fermer l'usine. Le cas échéant, dire bonjour au directeur s'il le croise.

Bien sûr, il sait que la journée va être longue. Contrôler le travail des autres sous prétexte que le chef d'atelier n'a pas le temps "ou tout simplement qu'il s'en fout". Mais malgré tout faire son propre travail en ayant toujours la rigueur qui le caractérise.

Alors, quand il y a un ouvrier qui vient à l'atelier l'aider, qui s'investit comme lui, quel plaisir enfin un d'aide ! Un peu de sérénité.

Cela peut être une stagiaire. Ce qui s'est produit à deux reprises. Elles n'y connaissaient rien mais au moins elles sont reparties avec un grand sourire en le remerciant et ça, quel bonheur d'avoir une personne en demande d'explications, sachant qu'elles venaient juste pour un stage d'insertion. Plus qu'un ouvrier dans l'usine.

Voilà au travail le plaisir c'est d'avoir des collègues qui partagent et montre le même enthousiasme.

Contrôler

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Repost0

Publié le 13 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Abderazak

Le matin on a rendez-vous à l'entreprise pour récupérer le matériel de la journée en fonction du nombre de clients à raccorder, car c'est un métier intitulé ouvrier raccordeur en courant faible, c'est à dire qu'on raccorde les gens au réseau internet, TV, etc...

Ce qui me plaisait dans ce métier c'était parfois de finir très tôt, en faisant tous les clients de la journée. Par contre, ce qui m'ennuyait c'est quand je devais certaines fois revenir sur le câblage d'un jeune qui venait de commencer et qui n'arrivait pas à câbler correctement et des fois c'était pas possible pour les clients en semaine d'être chez eux, donc j'étais obligé d'intervenir le weekend.

Une fois j'ai pris un risque car j'intervenais sur une villa et n'ayant d'autre branchement que le poteau électrique à l'extérieur pour me relier au réseau et sachant qu'il me faut une habilitation électrique, je suis quand même monté faire le raccord, prévenu mon employeur qui ne m'a rien quand dit mais qui m'a quand même dit de faire attention.

Enfin, une bonne journée pour moi c'est que les clients soient raccordés et qu'ils puissent se connecter, car certaines personnes en ont besoin pour travailler.

Ouvrier raccordeur en courant faible

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 12 Novembre 2016

Texte écrit en atelier par Gérard

La première chose que je faisais en arrivant au travail, c'était de monter au vestiaire pour poser mon blouson et mettre ma tenue de travail : chaussure, casquette et lunettes de sécurité, bouchons d'oreille.

Ensuite je descendais à l'atelier en saluant toutes les personnes que je croisais. Quand j'arrivais à mon poste de travail je disais bonjour à mes collègues qui étaient du poste d'avant, prenais les consignes.

Après, soit je finissais la production de l'OF que mon collègue n'avait pas terminée, ou bien j'allais prendre un autre OF pour en démarrer un autre.

Avant cela j'allais chercher un chariot pour pouvoir poser mes cadres dessus. Quelquefois c'était difficile d'en trouver un, alors il fallait faire le tour de l'usine et ça, ça m'énervait car je prenais du retard sur la production et le chef n'était pas content.

Mon boulot se déroulait sur une plieuse. Il fallait remplir le magasin avec les bons profilés marqués sur l'OF, rentrer les paramètres dans l'ordinateur et couper les profilés pour former un cadre, le mettre sur le chariot et quand celui-ci était plein, le mettre au milieu de l'usine sur un emplacement prévu.

Après 2 h de travail on avait une pause de 10 minutes et une de 30 minutes au bout de 5 et la fin de la journée je passais les consignes à l'équipe suivante (quelquefois certains avaient du retard et ça aussi ça m'énervait car moi j'étais toujours à l'heure).

Je remontais au vestiaire poser mes EPI, je remettais mon blouson et je rentrais chez moi.

Fabriquer des cadres de fenêtre en plastique

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0