Publié le 13 Février 2016

Le triste sire n'a qu'une fille. Ils habitent sur une île. Il boit un ristrette très fort. La dent de sa fille s'est fêlée sur l'émail du lavabo.

Quand elle fait risette, son sourire fait apparaître une fossette.

Son serre-tête bleu dégage son joli visage

Le triste sire n'a qu'une fille

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0

Publié le 13 Février 2016

Vives les vacances de Noël !

Les enfants heureux

rangent leur cartable

Certains font des dessins, d'autres une partie de rugby avec un ballon en forme d’œuf pourri

chantent tous en cœur

rigolent, se taquinent

sauf la petite Eva

qui rêve à ses vacances

en Guadeloupe chez

ses grands-parents

où elle aime contempler

le magma venant du volcan Katiba.

Les rochers, les vagues de la mer Caraïbe.

Elle aimait accompagner son papy.

Michelle

Les vagues de la mer Caraïbes

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 13 Février 2016

Je lui ai donné les clefs de ma cabane. On vivrait allongés mon pylône, elle et moi.

Elle n'a pas saisi mon propos, elle avait certainement l'esprit mal tourné. Pourtant l'idée ma paraissait limpide.

Thierry

Bédarieux (Hérault)

Bédarieux (Hérault)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 12 Février 2016

Nous nous dirigeons au crépuscule vers la montagne. Traversons d'immenses champs couverts de fleurs qui se montent du col sur leurs hautes tiges. Nous arrivons enfin à notre hutte.

Cette nature belle et généreuse qui nous a vus naître est loin d'être terne.

Chaussés de bottes, nous récoltons nos carottes ainsi que nos herbes, pas fades teintées de jade. Ces herbes que l'on hume, que l'on fume, que l'on boit, potions apaisantes.

Au loin, l'eau de l'étang, sous l'effet de la chaleur s'élève en nuées. Evaporation d'innombrables goutes d'eau.

Nos bottes imprégnées de terre humide collent à la glèbe.

Un reste de lumière se mue en flamme et résonne de notes où roule la nuée. La nuit descend, nous surprend.

Nous rentrons à la lueur douce d'une lumerotte.

Martine Décembre 2015 avec les 10 mots d'Yves Béal

A travers champs

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0

Publié le 12 Février 2016

Une vie de fou. Je prend mon visa pour aller voir un sage âgé qui vit au bout du monde. Gavé par ce long voyage, je vais me coucher.

David

Le sage âgé

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 11 Février 2016

J'utilise une échelle violette pour me percher dans un arbre, où je m'isole dans ma cabane. Du toit, je vois les immeubles malgré le brouillard opaque. Mais ce n'est pas la nuit. Dans le ciel, la lune reste invisible tandis que le Mont-Blanc deviens de plus en plus clair.

Nabil

Photo de Caroline Gruffaz

Photo de Caroline Gruffaz

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 11 Février 2016

Un homme qui joue sur l'ordinateur, par internet. Il gagne des niveaux sur Facebook. Cet homme a un teint très très très très pâle. Il boit de l'eau. Il mange du pain, il ramasse du pin. L'homme fait le ménage avec un seau. Il habite à Pau.

Guillaume

Tokyo. Cimetière

Tokyo. Cimetière

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 10 Février 2016

Je fais mon lit avec des draps blancs, blancs comme moi, allongée dans mes draps blancs, malade et fatiguée, couchée dans ma maison faite d'un toit, de vitres, de portes et d'une chaufferie. Une infirmière me propose une tisane.

Dans la pièce à côté mon perroquet multicolore comme un arlequin violet, jaune et noir.

Je rêve et me souviens de Pâques et des œufs multicolores, bien cachés. De la poire au chocolat. De ma cabane perchée dans les arbres. De l'échelle.

Sont-ce mes derniers instants ? Le col du prêtre est blanc. Le cercle est rond comme un O. La transparence s'oppose à l'opaque.

Martine

En couleur

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0

Publié le 10 Février 2016

En soulevant le rideau de ma grand-mère, je vois le mur d'en face.

Le mur de la maison de ma mère. Ma mère est maire du village où habite ma grand-mère.

Sur le mur de la maison de ma mère grimpe un lierre, une liane.

Quand j'étais petite, en creusant au pied de cette plante j'ai trouvé une pièce ancienne, un louis d'or. Le début de la richesse m'avait dit ma mère.

J'étais ensuite allée me promener au bord de la mer et là, vous allez rire, j'ai encore trouvé des pièces sous le sable.

Je ne sais pas pourquoi elles étaient puantes.

Au loin, une voile passait.

J'ai remonté la pente. Mon père était en rage, jaloux. Ma mère, pimpante, comme toujours, m'a ouvert, en prime, un compte en banque.

Martine

Maire, mer, mère et grand-mère

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0

Publié le 9 Février 2016

La nuit est finie, les fantômes ont disparu ! Confortablement installé dans mon canapé, je contemple le ciel clair, la montagne, resplendissante sans aucun voile ni volute produites par les cigarettes qui pourraient m'en empêcher.

Care Weintans

Les fantômes ont disparus

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0