Publié le 12 Décembre 2015

Parapluie

Lune

(H)Umidité

(H)Irond'elle

Elle

Acrostiche de S.M

Japon

Japon

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 11 Décembre 2015

Perle de pluie

Lien

Unique

Intérieur et

Extérieur

Acrostiche

Perle de pluie lie

Le ciel ainsi que la terre

En un lien unique

Haïku

Harmonie

Perle de PLUIE

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 10 Décembre 2015

Ouïe: Entend mon cœur a tant de peine !

Odorat: La drache

Goût: Ô le chant de la pluie !

Toucher : sans amour et sans haine

Vue: Un temps de chien

Les 5 sens de la pluie

Parapluie

Lent

Utile

Innondation

Eau

Acrostiche de la pluie

Guillaume

Un temps de chien

Un temps de chien

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 9 Décembre 2015

Toi tu es parti

Il pleut toutes les larmes du monde

Sans toi je me meurs

Haïku écrit par Amandine

La PLUIE et les larmes

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 8 Décembre 2015

Et voilà, le concert allait démarrer. Un, deux, trois ! Mon micro, ok ! A toi, Fred, un, deux, trois ! Les guitares sont accordées ? Ton saxo, ça baigne ? Rideau !

C'est le noir, puis, tout à coup, lumière ! Le cœur bat, je sens la foule, présente. Là, devant moi, une mère et sa fille. Les premières notes résonnent. Elles se lèvent, enthousiastes, dans les bras l'une de l'autre. L'amour de la musique nous unit tous.

La lune est là, ronde et brillante, elle nous enveloppe de sa lumière blafarde. Je rêve ? Est-ce un loup qui hurle ? Non, c'est cet enfant qui crie. Un cri strident.

A côté, un groupe d'étrangers. Sont-ils Libanais, Syriens ? A moins qu'ils ne soient Egyptiens. Notre musique les embarque dans une danse déhanchée, vive, virevoltante. Quel rythme ! Tout le monde est debout, les bras en l'air. Certains ont allumé leur briquet, qu'ils agitent de droite et de gauche. Ça décolle. Haut, au-dessus des nuages. Le son monte, aigu puis peu à peu s'apaise, tranquille. Le concert est fini, magnifique. La foule a applaudi. Nous avons rejoué un morceau. Le noir. La foule continuait, nous rappelait. Deuxième morceau. Fin.

Je rejoins ma loge. Mon téléphone sonne. Ma femme. Alors, ton premier concert ? Indescriptible, incroyable. Je suis heureux. Je ferme les yeux.

Le concert

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0

Publié le 7 Décembre 2015

Nobuaki prend le temps de boire son matcha thé avant de commencer à écrire. L'inspiration lui vient souvent à ce moment-là. Il se recueille, les mains autour de sa tasse, brûlante.

Puis il prend son pinceau, son encre et son papier. Il pourrait écrire une histoire pour les enfants. Un récit se déroulant en Thaïlande. Une course de voitures roses un ours en peluche ou une poupée au volant. Il imagine déjà l'illustration.

Puis la nuit arrive, et c'est la pleine lune. L'ours et la poupée vont se coucher. Une louve alors sort du bois. Elle a faim. Elle a besoin de se nourrir, ses louveteaux s'agitent dans son ventre. Le terme est proche. Son nid est déjà prêt, tapissé des poils qu'elle s'est arraché, de mousse douce et de fleurs sèches. Elle s'approche du village. Le vent tourbillonne très froid, glacé. Elle n'a rien trouvé. Les premières contractions lui coupent le souffle. Elle se hâte de rejoindre sa tanière. A peine arrivée, le premier louveteau arrive, puis le second. Il était temps ! Avec ses dents elle coupe délicatement le cordon ombilical puis se repaît de la matrice.

Le père, un vieux loup, arrive, encore tout échevelé par la tempête, couvert de neige d'une blancheur immaculée. Dans sa gueule, un écureuil, la seule proie qu'il a pu saisir. Malade, il n'a pu lui échapper. C'est la dure loi de la nature. Des êtres viennent au monde, un autre le quitte.

Cette histoire, il en fera une chanson, ou deux. Il a déjà les paroles en tête. Il attrape sa guitare, ses doigts courent sur les cordes. Il jette quelques notes sur le papier. Il tient la musique de la chanson. Vite, il les couche sur le papier avant que la musique ne s'envole de son esprit, telle des ballons de baudruche multicolores.

La louve

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0

Publié le 6 Décembre 2015

Pluie

Luminosité

Unique

Intérieur

Eveil

Acrostiche

Soudain il y a eu une vive pluie qui m'entraîna, un jour en pleine luminosité, un jour unique où je me trouvais à l'intérieur, je sortais juste de mon éveil.

Samy

Une vive PLUIE

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 5 Décembre 2015

Déverse l'humide

Spleen, ce crachin de moiteur

En pizzicato

Haïku

Parsemer de perles sang,

Les corps se mêlent au vent

Unique, du goût salé des tranchées.

Immonde lac où gisent les guerriers,

Espoirs perdu pour la Liberté.

Acrostiche

Marie-Claire

Pluie : perles sang

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 4 Décembre 2015

Pluie parfum de l'argile de mon Afrique

Limpide comme le lait du sein de ma mère

Unissons nous, après la pluie, vient le beau temps

Il pleure dans mon cœur la nostalgie de ma belle Afrique

Et bientôt je le verrais pendant les vacances mon très beau pays la Côte d'Ivoire

Acrostiche de Michelle

Pluie d'Afrique

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0

Publié le 4 Décembre 2015

Ce bateau qui s'éloigne

emporte l'odeur de tes bras,

le goût vivant et chaud

de tes mains,

la chaleur orange de ta robe,

la tranquillité de ton bonheur.

Je plonge dans le passé,

dans cette propriété

où tu allais l'été

cultiver notre jardin.

Le seau, lourd,

mouillait tes jambes.

Le bateau quitte le port

et ses eaux noires et sales.

J'écris ces mots

vivants et chauds

sur les voiles blanches

du bateau qui t'emporte.

Ils resteront près de toi,

t'enveloppant comme un drap,

légers.

D'après un poème d'Antoine Vitez (La tragédie c'est l'histoire des larmes)

Martine

Au bord du poème : le bateau s'éloigne

Voir les commentaires

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0