Ah ! Ma nounou,

Publié le 20 Septembre 2022

Ah ma nounou !
 

Quand j'entrais chez toi, tout n'était que joie et douceur. Comme dans un conte de fée. 

La tarte aux pommes et aux beurre salé trônait souvent sur la nappe à carreaux rouges et blancs. Le sucre caramélisé nappait les fruits dorés. Je m'en lèche encore les doigts !

Chez elle, pas de robot  pour travailler la pâte, seules ses mains malaxaient le mélange dans le large saladier décoré de motifs directement venu de Bretagne, sa province d'origine.

Chez elle, un monde de femme, soeurs, belles-soeurs, cousines, voisines, filles. Pas d'homme, en somme. Le mâle n'entrait pas sur son territoire. 

Quand venait l'heure de dormir, un petit lit tout blanc, aux draps propres, fleurant bon la lavande me tendait les bras. Elle me chantait alors une berceuse dans une langue pure et rude à la fois, dont je ne  comprenais pas les paroles. Et je m'endormais, dans ce linge de neige si moelleux.

Quand vint l'âge du sang, avec le bac en perspective, je continuais à te rendre visite, toi, ma nounou. Assises  sur un banc nous évoquions ces chansons qu'elle fredonnait quand j'étais une petite fille et dont le souvenir remontait à la surface. 

Souvenir de carnaval organisé par l'école où je portais le déguisement qu'elle m'avait confectionné: j'étais un arbre au tronc marron et aux fruits verts, des pommes pas mûres.

Souvenir d'une journée au bord d'un lac lointain où nous avions dégusté des bonbons durs comme du béton.

Puis, adulte, après la Creuse, j'ai levé les voiles, je suis partie pour un pays lointain, la Poméranie qui, enfant, me faisait immanquablement penser à son Loulou tout blanc à la queue en forme de virgule. Mais là-bas, point de chien, ou, du moins, pas plus qu'ailleurs.   

Mais toujours je revenais te voir, toi, ma nounou, si douce, si tendre, maintenant en ton grand âge, ridée comme les petites pommes que tu disposais sur ta tarte au beurre salé.

r, 

Rédigé par Martine Silberstein

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :