12 heures dans ma vie

Publié le 14 Novembre 2021

Revisiter 10 lieux

L’idée de cet atelier est de revisiter un lieu quotidien que vous avez traversé récemment, où vous avez séjourné pour un temps plus ou moins long, mais peut-être aussi un lieu insolite, un espace qui a joué un rôle à un moment de votre journée que vous allez approcher avec minutie avec vos cinq sens.

Pour démarrer des extraits des Notes de chevet de Sei Shonagon, dame d’honneur à la cour impériale dans le Japon du IXe siècle. C’est une collection de liste, de poésies et d’observations glanées tout au long de son séjour à la cour. Ces notes s’intéressaient avec minutie et précision à ce qui l’entourait. 

Choses qui font battre le cœur.

Des moineaux qui nourrissent leurs petits.

Une nuit où l'on attend quelqu'un. Tout à coup, on est surpris par le bruit de l'averse que le vent jette contre la maison.

Choses qui font naître un doux souvenir du passé.

Les roses trémières desséchées.

Un jour de pluie, où l'on s'ennuie, on retrouve les lettres d'un homme jadis aimé.

Choses élégantes

Dans un bol de métal neuf, on a mis du sirop de liane avec de la glace pilée.

De la neige tombée sur les fleurs des glycines et des pruniers.

Choses que l'on entend parfois avec plus d'émotion qu'à l'ordinaire.

Le bruit des voitures, au matin, le premier jour de l'an.

Le chant des oiseaux.

Choses qui gagnent à être peintes.

Un sentier dans la montagne.

Un paysage d'hiver, quand le froid est extrême.

Choses qui émeuvent profondément

Une poule étalée sur ses poussins, pour les protéger.

Tard en automne, les gouttes de rosée qui brillent comme des perlent de toutes sortes sur les roseaux du jardin.

 

 

Et des extraits de L’énigme du retour de Dany Laferrière. Ce roman a reçu le prix Médicis en 2009.

Dany Laferrière est né à Haïti, à Port-au-Prince. Son père est maire de cette ville, mais, poursuivi par les tontons Macoute (Haïti était sous la dictature féroce de Duvalier), il s’exile en 1957 au Québec. Son fils, Dany Laferrière s’exile à son tour en 1976 à Montréal. Il retourne régulièrement à Haïti. Il était dans son île le 12 janvier 2010 lors du tremblement de terre qui a fait plus de 220.000 morts. Il a écrit Tout bouge autour de moi pour relater ses émotions.

En 1999 il est accueilli à Grigny, dans le département du Rhône en tant qu’écrivain en résidence au manoir. Habitant cette ville, c’est là que je fais sa connaissance. Il anime/participe à des ateliers d’écriture dans le cadre de l’association Plume rencontre. Et, chaque vendredi soir il organisait un pique-nique, dans le parc entourant le manoir. Les habitants sont invités à y participer. C’est un homme simple et joyeux. 

Sans en avoir la nationalité, il est élu à l’académie française depuis 2015. Il est le deuxième étranger à y siéger et le deuxième noir aussi.

Ce livre, L’énigme du retour relate son retour en Haïti à la mort de son père dont le corps est rapatrié dans son pays.

 

Extraits :

 

J’ai pris la route tôt ce matin.

Sans destination.

Comme ma vie à partir de maintenant.

 

Je m’arrête en chemin pour déjeuner.

Des œufs au bacon, du pain grillé et un café brûlant.

M’assois près de la fenêtre.

Piquant soleil qui me réchauffe la joue droite.

Je regarde la serveuse circuler

entre les tables.

Tout affairée.

La nuque en sueur.

 

La radio passe cette chanson western

qui raconte l’histoire d’un cow-boy

malheureux en amour.

Je reprends l’autoroute 40. 

Petits villages engourdis

le long d’un lac gelé.

Où se sont-ils tous terrés ?

Le peuple invisible.

La glace brûle

plus profondément

que le feu

mais l’herbe se souvient

de la caresse du soleil.

 

 

 

Liste

Réfléchir, passer en revue une journée, un jour de semaine (aujourd’hui lundi) ou de week-end (hier ou avant-hier) et faire une liste de 10 lieux que vous avez traversé, où vous vous êtes arrêté, longtemps ou pas.

 

Le but est de regarder d’une autre manière votre journée écoulée et de la reparcourir.

 

Un lieu ce peut être un gymnase, votre cuisine, un escalier, la cour de l’école, mais aussi, plus insolite et important pour vous, votre bol de café/thé du matin, la boîte aux lettres, le fond du tiroir de votre table de nuit. L’idée est d’associer ce lieu à une idée, « le gymnase où j’ai fait un match de volley », « le jardin où j’ai couru avec mon chien », « « le lit où j’ai passé une bonne/mauvaise nuit ».

 

Pour vous aider, reprenez votre journée, chronologiquement, de l’heure à laquelle vous vous êtes réveillé, jusqu’à l’heure du coucher.

 

Les 5 sens

Dans cette liste de lieux vous allez en choisir un et le décrire avec 3 mots ou 3 expressions, avec votre vue, votre ouïe, votre odorat, votre toucher et votre goût.

Si je reprends l’exemple du bol de thé du matin. Pour la vue : la couleur du bol ou celle du thé. Pour l’ouïe, le bruit de l’eau chaude versée, ou celui du sachet de thé que l’on déchire. Pour l’odorat, odeur délicatement parfumée de la menthe. Pour le toucher, la tiédeur, la chaleur, le relief du bol. Et pour le goût, celui du sucre, de la vanille…

 

Écrire l’incipit (le début de votre texte)

Parmi ces 15 mots (3 mots/expression pour chacun des 5 sens) que vous avez recueillis, vous allez en choisir un qui représente le mieux le moment passé dans ce lieu, la sensation qui vous a le plus marqué.

 

Avec cette expression vous allez construire la première phrase de votre texte.

 

Par exemple si c’est la vue, ce que j’ai vue en premier c’est la couleur de mon bol préféré.

Si c’est l’ouïe, ce qui m’a frappé en premier quand je suis entré ce sont le bruit du rebond du ballon sur le sol.

Si c’est l’odorat, ce que j’ai senti tout de suite, c’est l’odeur de la terre mouillée du jardin

Si c’est le toucher, ce que j’aime quand je me lève, c’est sentir une dernière fois le doux tissu de mon oreiller.

 

 

Écriture du texte

Après toutes ces étapes vous avez emmagasiné assez de mots et d’expressions pour faire émerger un premier texte.

 

Vous avez déjà la première phrase.

 

Vous avez 14 mots ou expressions dans votre liste.

 

À vous maintenant de faire le lien entre les mots, les expressions, en ajoutant autant de mots, de verbes, d’adjectifs, d’expressions supplémentaires pour écrire un texte et faire ressentir au lecteur une atmosphère, l’émotion que vous avez ressenti dans ce lieu.

 

12 heures dans ma vie

Sur le fil métallique j'ai étendu les draps mouillés, les serviettes lourdes et molles et les mouchoirs, légers carrés de tissu.

Je n'ai pas vu les chauves-souris s'envoler, c'est l'automne, elles sont sans doute parties hiberner. J'aime leur vol furtif, rapide, zigzaguant entre les arbres.

En revenant, je marche sur le tapis vert de ce que l'on ne peut pas appeler la "pelouse". Je foule les feuilles couleur rouille et je remonte par la terrasse. Là, les dernières roses sont à peine ouvertes, aucun parfum ne s'exhale de leur corolle.

Et voilà Douchka qui se frotte en miaulant à mes mollets nus, douceur de sa fourrure noire.

Je rentre à la maison, une feuille de menthe entre les dents. J'en cueille un brin pour mon thé, demain matin.

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :