Quinconces

Publié le 30 Décembre 2020

Je n’attendrai pas que le jour se lève, je marcherai dans la nuit s’il le faut.

Je ne resterai pas assis, je cheminerai doucement, les deux pieds foulant l’herbe humide de rosée, j’accomplirai mon dessein laissant Sylvain, mon enfant aux soins de son adorable servante jouer à l’infini avec ses Playmobils au frais dans un coin du jardin même si j’aime l’observer quand il les place en quinconce sur le banc ou quand, soudainement, il les plonge dans le bassin couvert de nénuphars.

J’arrêterai de me poser toutes ces obsédantes questions car je sais que je possède en moi les réponses à ces choses que sont d’où vient le vent, pourquoi l’herbe est plus verte dans le pré d’à côté ou pourquoi l’amour.

Je ne deviendrai pas comme ces militaires au front bouillant de batailles. Je partirai à la recherche de tous mes amis perdus dans l’ombre.

Je ne croirai pas plus au ciel qu’au réséda, je serai libre et je laisserai faire les tendres imbéciles

En 2021, je ne resterai pas solitaire à broyer du noir sur mon piédestal de marbre rose. Je veux continuer à admirer les couchants chaque soir d’été auprès de la belle Hélène.

Et à la fin des fins, j’écouterai le silence.

Martine Silberstein 28 décembre 2021 16h29  

 

 

 

Rédigé par Martine Silberstein

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :