Le printemps, saison des amours

Publié le 24 Mai 2018

Mélancolie fatale

Sur les eaux de ta beauté, fébrile, fragile,

Chavire la solitude de ma mélancolie.

Je me souviens encore de la flamme de tes yeux.

Cadeau des dieux.

J'ai toujours en moi la blondeur de tes cheveux.

de la soie qui habille ta peau dorée

Sans toi mon cœur titube

mes oreilles sont sourdes

Mon regard hagard recherche l'espoir de te revoir.

Que puis-je faire maintenant pour que tu me reviennes

Dans mes veines circulent l'effroi glacial de cet amour perdu.

Où se trouve ce petit coin de paradis de nos retrouvailles

Sur la terre, dans la mer, dans les cieux

Aujourd'hui je ne sais pas, survivre sans toi

C'est une fatalité qui me consume, j'espère seulement

Ne pas devenir poussière avant de t'avoir dit une nouvelle fois

Je t'aime

 

Texte écrit en atelier par Franck

 

Le printemps, saison des amours

J'ai rêvé de tes yeux noirs

au hasard d'un soir

Me retrouver entre tes bras

puis espérer être dans tes draps.

Entendre tes mots doux

et en devenir fou

Plus qu'une explication

recevoir ta déclaration

Rester dans la douceur

Ne plus penser au malheur

Bouger, chanter, danser

Bref, AIMER et ETRE AIME 

sur le ciel métamorphosé.

J'ai rêvé de ton adorable sourire

se posant comme une caresse.

Texte écrit en atelier par Delphine

 

Le printemps, saison des amours

Voici ce gâteau

si chaud

pour lequel je me suis levée tôt

Et voici aussi cette cueillette des cieux.

Pour toi, mon ange malicieux

J'ai apporté de matin des roses

et toutes ces choses.

Mais le chat, cet infidèle,

est parti avec le gâteau

comme un voleur, dans mon dos.

Et maintenant il dîne

Est-il digne de cette divine farine ?

Tu as faim, ange malicieux,

Voici du pain

mange-le, couché dans le foin

Tandis que j'admire les eaux de ta beauté.

 

Le printemps, saison des amours

Je t'ai rencontrée autour d'un café

Et ça a fait tilt

J'ai rêvé de toi.

J'ai rêvé de ton sourire

Je me rappelle les balades sur la plage

et les moment passés à tes côtés

Nous étions sauvages et sensibles

J'ai envie d'arrêter le temps

pour que nos âmes s'envolent

car ton sourire et ta beauté me désarment.

Texte écrit en atelier par Mehdy

Le printemps, saison des amours

Dans ce monde parfait

Bercé de ce rêve

où mouraient pour l'éternité

Adam et Eve

Nos deux âmes enlacées

et nos orteils enfoncés

sous le sable

impeccable et variable.

De ta peau satiné que le soleil dorait

comme une perle d'or

Au matin d'aurore

S'aima sans savoir

S'aima sans comprendre

Je ne serai plus rien

je serai libre

de vivre

dans un manoir

et de prendre

le guide rigide 

Ecrit en atelier par Naïma

Le printemps, saison des amours

L'amour se lève dans le cœur

Comme le jour se lève dans les premières heures

Mais lorsque la haine, sa sœur,

Apparaît avec la peur et la peine,

une lutte se mène, une guerre lointaine

comme un coup de tonnerre dans l'air

qui ramène le calme de la mer,

et le soleil clair sur la terre,

Comme un lierre en fleur

pour que la haine se meurt

Et plus que ma moitié, ma reine

Ne soit pas vaine

et que l'on se serre

Zen et fiers.

Texte écrit en atelier par Farah

 

 

 

 

Le printemps, saison des amours

Mes lèvres éperdues

et nos orteils enfoncés dans le sable

ne présageaient pas tant de chagrin.

Nos deux âmes enlacées

nos mains éloignées

pourquoi entre nous, tant de venin ?

Las, nos corps mis à nu

jamais ne sont revenus

de ce long voyage en train.

Toi, ma bouche si fidèle, 

toi, sur ma couche, tu recèles

une telle blancheur

une telle candeur

et moi, tel un tricheur

je suis parti, mettant entre nous

une telle distance

que nul ne pourra combler ce vide

sauf, peut-être, mon visage couvert de ride. 
 

Le printemps, saison des amours

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :