Vengeance tardive

Publié le 27 Décembre 2015

Max voulait être riche, très riche. Mais le travail, très peu pour lui. De plus, avec son visage ingrat, il lui était très difficile d'en trouver. Son regard, noir, était nourri de haine.

Depuis son enfance, très difficile, monsieur le juge !

Il avait été battu par son père, humilié par sa mère. Son père venait d'Afrique, sa mère d'Ukraine. Un mélange détonnant de noir et de blanc dont il était le fruit.

Alors, secrètement, il avait imaginé s'échapper de cet enfer. Il avait décidé d'arrêter de travailler à l'école. Puis de ne plus y aller. Résultat : aucun diplôme.

Puis de découcher, de ne plus dormir chez lui. De plus en plus souvent. Au début chez les copains, puis les copines et pour finir dans les squats. Il était devenu clochard.

Pendant ce temps ses deux parents l'avaient, on peut le dire, monsieur le juge, oublié. Oui ! Oublié!

Mais lui, non. Chaque jour il ruminait ses pensées. Vivant d'expédients, faisant la manche, récoltant ce qu'il trouvait dans les cageots de fin de marché pour se nourrir.

Puis le jour vint. Le jour J !

Armé d'un couteau et de sa haine, il retourna pour la dernière fois chez lui. Trancha la gorge de son père, enfonça la lame dans le cœur de sa mère.

Puis avec une pelle, il creusa la terre du jardin. Il traîna les corps jusqu'au trou et les jeta.

Monsieur le juge, il a peut-être assassiné ses bourreaux de parents mais, au moins, il leur a offert une dernière sépulture !

Martine

Yves Olry

Yves Olry

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Textes personnels

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :