La lave s'abandonne de plaisir

Publié le 15 Août 2015

J'ai constaté qu'au fond les soupirs de nuit vivent dans la douceur de l'harmonie.

Cette ondulation agréable qui est sur le chemin vient de mon âme.

Il y a de la beauté à la matière de souhaits car en observant les hommes, nulle mélodie entendue sont les plus en astre d'abeille.

Je voudrais que le lave s'abandonne de désir et ne jamais mourir misérable.

Aussi j'ai trouvé la pénombre que les désirs rongent d'une faim d'interdit bien plus que l'amas rugissant de l'acier.

La lave s'abandonne de plaisir

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :