Fleurs d'espoir

Publié le 30 Juin 2015

Cuba, fleurs d'espoirs durables, lys écarlates, haie de jasmin que j'ai aisément pu toucher. Ton noir charbon triste, la vieille ride que les chants laissaient, la cicatrice que les pays ont recouvert. De tout en toi comme une claire lourde de neige qui aurait voyagé. Là où l'on entend les chants les plus beaux. Marti m'a rendu telle une amande heureuse. Il est en ce monde circulaire des hommes que j'ai compris, toujours de pureté qu'eux-même n'ont pu voir. De cristal est la nuit qui le recouvre. Les pleurs et la douleur ou de cruelles gouttes mangent la terre et gagnent l'enceinte où alors les chants infinis. Les hommes aussi font descendre les chants dans la nuit jusqu'à ce qu'ils comprennent l'eau d'espoir en ce monde triste.

Les hommes comprennent parfois la rancœur irascible de toutes les étendues ensemencées et un mort alors tombe dans sa coupe.

S.T

Fleurs d'espoir

Rédigé par Martine Silberstein

Publié dans #Ateliers d'écriture adultes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :