Rayon de soleil

Publié le 17 Juin 2014

Rayon de soleil

CHAPITRE I

Berthe Forestier vivait au rez-de-chaussée d’un vieil immeuble de banlieue. Elle avait de la chance : son appartement, pas très grand, donnait, à l’arrière sur un jardin, et à l’avant sur une courette. De sa fenêtre elle voyait la rue, à travers les grilles qui fermaient la cour.

Elle aimait bien s’installer, sur une chaise, dans la cuisine, et ainsi guetter les allées et venues, les visages connus et inconnus. Certains, qui passaient dans la rue lui faisaient un petit signe de la main. D’autres, pressés, mal embouchés ou qui ne la connaissaient pas (ils étaient rares, elle habitait là depuis si longtemps !) ne faisaient pas attention à cette petite vieille à demi cachée par les rideaux.

Elle vivait seule. Elle avait d’ailleurs toujours vécu seule. Célibataire, elle n’avait jamais trouvé l’âme sœur. Et ce n’est pas à soixante-quinze ans qu’elle trouverait un mari. Ce ne sont pourtant pas les propositions qui avaient manqué. Elle avait été troublée, jadis, par un jeune homme, quand elle était encore à l’école. C’était l’année de son certificat d’étude. Lui, c’était le voisin, elle était nouvelle dans le quartier (elle était toujours nouvelle, dans tous les quartiers, dans toutes les villes). Ils faisaient le trajet ensemble pour se rendre à leurs cours. Peu à peu, une amitié s’était nouée. Mais elle avait dû repartir, suivre à nouveau ses parents. Peut-être que si elle était restée...

Rédigé par Martine Silberstein

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :